Le zoo de Maubeuge >

Les wallabies de Bennett

Version mobile
English Néerlandais

Les wallabies de Bennett

Dans la poche du wallaby, l'embryon va continuer à se développer.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les wallabies de Bennett
Originaire de la Côte Est de l'Australie et la Tasmanie, le wallaby de Bennett ressemble très fortement à son cousin le kangourou, si ce n'est qu'il est beaucoup plus petit. Il s'agit ainsi d'un marsupial que l'on ne trouve qu'en Océanie.
La poche des wallabies, appelée marsupium, d'où le terme marsupial, est essentielle à leur reproduction. En effet, après l'accouplement, la gestation de la femelle est très courte, puisqu'au bout d'environ 4 semaines, elle expulse un embryon, qui va entamer un parcours du combattant et ramper au fond de la poche jusqu'à atteindre une tétine qu'il ne quittera plus jusqu'à ce qu'il soit totalement formé. Au bout de 2 à 3 mois de développement, le petit wallaby commencera alors de furtives sorties de la poche maternelle, qu'il occupera tout de même 5 à 6 mois avant d'obtenir sa complète autonomie.
Le wallaby est herbivore : il raffole de feuilles et de céréales, ce qui lui vaut de s'attaquer parfois aux champs des agriculteurs australiens qui les chassent alors sans pitié.
Le wallaby de Bennett n'est pas menacé dans son milieu naturel. Il existe cependant d'autres espèces de wallabies comme le wallaby de Parme, ou le wallaby des Rochers qui eux sont au bord de l'extinction et donc protégés.
Au sein de notre groupe reproducteur, il vous est possible d'observer dès les beaux jours du mois d'avril nos petits wallabies pointer leur museau à l'extérieur de la poche marsupiale après y être resté à l'abri pendant près de 5 mois.
La femelle est physiologiquement incapable de remettre son petit dans sa poche. C'est donc le jeune qui doit se débrouiller seul pour y retourner
Retour haut de page