Le zoo de Maubeuge >

Le lion asiatique

Version mobile
English Néerlandais

Le lion asiatique

Chez les lions, c'est la femelle qui part à la chasse. Le mâle, lui, s'occupe de garder le territoire.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le lion asiatique
Tous les lions ne sont pas africains. En effet, les lions d'Asie sont plus petits que leurs cousins d'Afrique, et ils ne survivent pour ainsi dire que dans la réserve sauvage de Gir, au nord de l'Inde. Ils se différencient également des lions africains par la crinière qu'ils ont moins développée et par la touffe de poils qui se trouve à l'extrémité de leur queue. Il n'en reste que très peu d'individus dans le monde, 300 en liberté, et environ 250 en captivité. Il s'agit donc de l'espèce la plus rare du zoo de Maubeuge, visible uniquement dans quelques zoos.
Les lions sont des carnivores purs : ils ne se nourrissent que de proies telles que les antilopes ou les cochons sauvages. En période de sécheresse, les troupes de lions se rapprochent des points d'eau et capturent alors de plus petits mammifères, et même parfois des oiseaux ou des serpents. Notons que ce sont essentiellement les femelles qui chassent, les mâles se chargeant de marquer et garder le territoire.
La gestation dure en moyenne 3 mois, et 1 à 5 lionceaux peuvent naître à chaque portée.
Le lion est le seul félin sociable : il vit en troupes très structurées. Les lions d'Asie constituent la sous-espèce de lions la plus menacée. En effet, leur habitat naturel est en danger car il occupe des terres arables convoitées par les populations et il souffre énormément de la pollution de l'eau qui les empoisonne.
Le lion asiatique symbolise à lui seul toutes les menaces qui pèsent sur la biodiversité : la disparition des milieux de vie par la déforestation ou l'agriculture extensive, la chasse, les conflits entre l'homme et l'animal pour les ressources vitales.
L'isolement des populations de lions asiatiques au sein d'une seule réserve les rend vulnérables, tant sur le plan de la consanguinité que sur le celui des maladies. Mais tout espoir n'est pas perdu. Une seconde réserve est en cours de création pour donner un second souffle aux populations sauvages de lions asiatiques. Il ne subsistait que 20 lions au début du siècle passé.
Retour haut de page