Genève - Les incontournables de la Haute ville >

Place du Bourg-de-Four

Version mobile
English

Place du Bourg-de-Four

Un lieu à l'histoire bigarrée

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La place du Bourg-de-Four.
Nous voici désormais place du Bourg-de-Four, un lieu très passant, animé par de nombreux cafés.
Mais ne vous méprenez pas, il n'y a pas de four ici. Four vient de forum, la place publique romaine où se tiennent les marchés.
Jadis, on vendait ici des bestiaux, de petits animaux.
Le quartier s'est d'ailleurs appelé " bourg du marché ", " bourg St-Victor " ou encore " bourg extérieur ".
Extérieur à quoi ?
Aux remparts. Jusqu'au 16e siècle nous étions ici hors les murs, au pied de la cité de Genève, sur un noeud routier, d'où les activités liées au commerce : les grandes foires internationales et les marchés.
Dès le 13e siècle, la place est entourée d'hôpitaux et d'hospices. Il y a aussi des auberges pour les gens de passage. Au Moyen-Age, le quartier est très vivant et très...surprenant !
Ecoutons Matthieu de la Corbière de l'Inventaire des Monuments d'Art et d'Histoire de Genève.
C'est une zone qui est très bigarrée, très hétéroclite, avec certains habitats très prestigieux de personnes qui évoluent dans l'orbite de la cour de la maison de Savoie, et puis de l'autre part, on a des hôpitaux donc ça veut dire qu'on accueille toutes sortes de gens, de passage, peut-être certains indésirables et puis en même temps on a une partie rurale avec des granges, des jardins et enfin ces maisons où les prostituées accueillent en fait les Genevois en mal d'animation.
Mais au milieu du 16e siècle, le quartier passe à l'intérieur des remparts....et là, c'est le drame !
Mathieu de la Corbière.
La porte de St-Antoine et la porte de St-Léger sont fermées, et à ce moment-là, le Bourg de Four devient une impasse, il perd ce côté passant, ce côté commerçant et d'ailleurs les habitants du Bourg de Four vont s'en plaindre, ils vont faire une pétition en 1575 pour réclamer l'ouverture de ces portes dans l'espoir de redonner une activité, d'attirer à nouveau la population ou le commerce dans cette zone.
C'est peine perdue. Le quartier devient plutôt résidentiel, mais pas atone pour autant.
Calvin crée son Collège. Une nouvelle population d'intellectuels et de réfugiés protestants s'installe ici.
Le couvent de Sainte-Claire est lui transformé en hôpital général. Il se trouvait à l'emplacement de l'actuel palais de justice. Les granges en face deviennent des chambres pour les malades.
Les degrés de poule, ces escaliers qui relient la place au chevet de la cathédrale, ont sans doute été créés au milieu de ces anciennes granges.
Au 19e siècle, la place est surélevée pour adoucir la pente avec l'hôtel de ville et rendre la circulation plus facile.
Le Bourg-de-Four c'est une éternelle mutation !
Pour finir, nous vous proposons un petit jeu : chercher la statue de Gondebaud, roi des Burgondes, dont le château s'élevait à proximité.
Un indice, elle est près du numéro 7 ! Bonne chance !
Retour haut de page