Genève - Les incontournables de la Haute ville >

Le Moyen-Âge dans la rue

Version mobile
English

Le Moyen-Âge dans la rue

Des métiers insolites à chaque coin de rue

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les noms des rues.
Vous voici à l'angle de la Grand rue et de la rue de la Pélisserie.
Pélisserie, encore un nom que je ne connais pas. Sur le parcours j'ai vu aussi Taconnerie, ou Grand-Mézel.
Ah, ah...faut être médiéviste pour comprendre ! Il y a plein d'histoires cachées dans ces noms de rues.
La plupart du temps, ça renvoie à des métiers.
Place de la Taconnerie par exemple, ça pourrait venir des cordonniers qui maniaient des " tacons ", des morceaux de cuir. Mais il est possible que ce soit aussi un hommage à une grande famille genevoise, les Tacon.
Quelle érudition !
J'ai pas de mérite, j'ai un informateur : Mathieu de la Corbière de l'Inventaire des Monuments d'Art et d'Histoire !
Ce sont des noms qui apparaissent dans la littérature, enfin dans les archives entre la fin du 13e et 14-15e siècles, en particulier le vieux Mézel qui est attesté depuis la fin du 12e siècle, qui en fait atteste de l'installation d'une boucherie à cet endroit-là.
Mézel vient de macellum, " boucher " en latin.
Et Pélisserie ?
Ça vient du pelletier, dont la spécialité était le commerce de peaux et de cuirs.
Et ils étaient nombreux ces pelletiers ?
Ils étaient surtout très riches. Mathieu de la Corbière.
Les pelletiers vont devenir assez importants à Genève mais plutôt au cours des 14-15e siècles. A l'origine ce sont surtout les bouchers qui forment une corporation très puissante et en fait ces bouchers vont être tellement en concurrence, plutôt entrer en rébellion contre le pouvoir, que progressivement les autorités genevoises vont tout faire pour amoindrir leurs prérogatives et leurs privilèges.
Bon, ceux-là sont plus faciles : Rue de la Boulangerie et rue des Chaudronniers.
Les chaudronniers étaient cantonnés à cette rue pour limiter les nuisances sonores et les risques d'incendie.
J'ai gardé le meilleur pour la fin. On n'y est pas passé, mais la rue Chausse-coqs est juste derrière la place du Bourg-de-Four.
Chausse-coqs, une idée ?
....non ? Je vous aide, c'est lié au plus vieux métier du monde...(rires)
Sans blague ?
C'est tout ce qu'il y a de plus sérieux. On dit que ça vient des cordonniers qui chaussaient ces messieurs en mal de rencontres dans les maisons closes du quartier.
Mathieu de la Corbière est formel, c'est bien lié aux prostituées.
C'est elles qui ont donné ce nom à la rue chausse-coqs qui en fait voulait dire à l'origine chauffe-cons.
Ouvrez l'oeil car il reste d'autres vestiges du Moyen-âge sur votre parcours, notamment un pot à feu à l'angle de la rue Calvin et de la rue du Perron. C'était le système d'éclairage de l'époque : on y faisait brûler un mélange de résine et de goudron. Bonne promenade !
Retour haut de page