Genève - Les incontournables de la Haute ville >

L'Hôtel de ville

Version mobile
English

L'Hôtel de ville

500 ans de pouvoirs publics

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'Hôtel de ville et les pouvoirs publics.
Nous sommes dans la cour de l'Hôtel de ville.
Particularité à Genève : c'est le siège des autorités cantonales, et non pas de la municipalité.
C'est le coeur de la vie politique de la cité depuis plus de 5 siècles !
L'hôtel de ville a été construit, au milieu du 15e siècle, autour de la salle des Pas-Perdus, où était administrée la justice à l'époque du prince-évêque. Elle devient le lieu où se tiennent les premières assemblées des syndics. On érige la Tour Baudet, puis cette grande rampe en colimaçon sur votre droite.
La rampe servait à accéder aux trois étages sans avoir à descendre de monture ou de chaise à porteurs !
Et c'est dans la Tour Baudet que siège le Conseil d'Etat depuis 1488. Les 7 membres du gouvernement genevois s'y réunissent toujours une fois par semaine.

Christophe Genoud, en tant que vice-chancelier d'Etat, est l'une des rares personnes habilitées à pénétrer dans cette salle.
Là on entre dans la tour Baudet, donc c'est un petit passage qui mène à la salle du conseil d'Etat.
Un lieu très solennel où l'on découvre des fresques très colorées. Christophe Genoud.
Une des fresques qu'on voit, c'est une des représentations de la justice où on voit 7 juges aux mains coupées et on dit aussi qu'ils ont les yeux crevés pour pouvoir administrer la justice correctement, c'est-à-dire de ne pas recevoir de dons et de ne pas être aveuglés par les apparences, et le conseil d'Etat qui siège là tous les mercredis, évidemment ne manque pas d'être inspiré par cette illustration-là qui a été mise très tôt dans la salle puisque c'était dès la création de la salle, à la fin du 15e siècle.
La salle a été rénovée dans les années 2010. Une petite boîte en métal a alors été retrouvée encastrée dans un mur. Elle contenait un message et des objets laissés par le conseil d'Etat du début des années 1900 !
Les membres du conseil y ont ajouté des témoignages plus récents.
On a mis le budget de l'année 2010, on a mis l'annuaire aussi téléphonique de l'Etat de Genève et le président du conseil d'Etat s'est séparé de son téléphone portable et la boite a été remise ensuite, re-scellée, et le mur re-maçonné dans l'espoir que les prochains qui réaliseront la rénovation retombent là-dessus et que la tradition se perpétue.
Au fil des siècles, l'hôtel de ville s'est agrandi. Face à vous se trouve notamment la salle de l'Alabama où fut signée la première convention de Genève de 1864 et la création du Comité International de la Croix Rouge. Seize Etats entérinent l'obligation de soigner les blessés sur les théâtres de guerre et la neutralité du personnel médical. Des principes toujours valables aujourd'hui !
En ressortant, vous passerez aussi devant le banc de justice, accolé à la façade. Les seigneurs syndics y ont rendu la justice jusqu'au début du 19e siècle.
Un certain auteur genevois bien connu en a subi les foudres puisque ses oeuvres ont d'ailleurs été brûlées juste devant l'hôtel de ville par ces mêmes seigneurs syndics qui appréciaient assez peu sa manière de concevoir la répartition des tâches et la démocratie.
Et cet auteur c'est Jean-Jacques Rousseau. Vous découvrirez sa maison natale sur le parcours.
Retour haut de page