Vitré >

Le château

Version mobile
English Deutsch

Le château

Le château de Vitré au fil des siécles et l'apport de la baronne Jeanne Laval-Chatillon

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes assis sur un banc de la place du château. Nous regardons la forteresse...
[Jeanne de Laval-Châtillon (noble)] : Bienvenue à vous chers visiteurs, j'ai un immense plaisir à vous accueillir dans ma demeure. Mon nom ?... Jeanne de Laval-Châtillon. Au 15e siècle, je suis l'épouse du baron Guy 12 de Vitré, mais je me suis mariée en premières noces avec un certain connétable dont la célébrité a traversé le temps : Bertrand du Guesclin ! J'étais sûre que cela vous dirait quelque chose... Sachez que le château qui se dresse devant vous me doit beaucoup car j'ai pris autant de plaisir que de soins à l'embellir. À mon époque, cette demeure avait un rôle défensif avec son large fossé sec et son chemin de ronde. Sa silhouette majestueuse symbolisait le pouvoir des barons de Vitré face à la puissance financière des Marchands d'Outre-mer. Lorsque j'y ai vécu, je me suis efforcée de rendre ce château le plus résidentiel et confortable possible avec ses fenêtres, ses cheminées, ses sols de carreaux de terre cuite vernissés et la richesse de ses décors sculptés...
Regardons la tour de la Madeleine sur la droite et donnons la parole à Stéphane Gautier, Animateur de l'architecture et du patrimoine...
Cette tour est construite au début du 15e siècle, précisément en 1420, à l'initiative de la baronne de Vitré qui, à cette époque, est veuve du baron Guy 12. Elle va donc installer dans cette tour ses appartements privés. C'est-à-dire sa chambre, mais également des latrines et des étuves qui composent ce qu'on peut appeler un sauna médiéval.
Tournez-vous à gauche vers la tour Saint-Laurent en forme de donjon...
La tour Saint Laurent est l'une des plus hautes de Bretagne. Elle joue à la fois un rôle défensif mais également résidentiel. On le voit plus particulièrement au niveau des deux étages inférieurs de la tour, vers le fossé, qui abritent trois chambres à canon.
Regardez maintenant les étages supérieurs...
Les étages supérieurs sont quant à eux uniquement dévolus au rôle résidentiel. On le voit notamment depuis l'extérieur avec ces grandes ouvertures qui donnent sur la cour intérieure, mais également sur la place Saint Yves. Ces ouvertures sont également dotées de plus petites ouvertures qu'on appelle des canonnières. C'est-à-dire que l'on pouvait également tirer au canon depuis les étages d'habitation.
À la Révolution française, le château est notamment transformé en prison, mais la forteresse n'a pas dit son dernier mot car, en 1913, elle accueille l'Hôtel de ville dans une partie du logis seigneurial reconstruit. Vous savez ce qu'il vous reste à faire ?... Avancer dans la cour et découvrir l'intérieur de cet édifice imposant construit à la frontière du duché de Bretagne et du royaume de France !
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page