Vitré >

La rue de la Poterie

Version mobile
English Deutsch

La rue de la Poterie

La maison de l'Isle, les porches de la rue de la Poterie, la Confrérie des marchands d'outre-mer

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au n° 12 de la rue de la Poterie. Nous regardons la maison à pans de bois en face de nous...
Vous ne trouvez pas que cette maison semble surgir d'un conte de fées ? On la nomme à Vitré la Maison de l'Isle car elle est isolée au milieu de la rue, comme le serait une petite île au milieu de l'océan. Cette habitation forme l'angle de la rue de la Poterie et de la rue de Sévigné, appelée autrefois rue de la Saulnerie car le trafic du sel se faisait là !
Tournons-nous à gauche vers les porches des maisons...
Du Moyen Age au 19e siècle, la rue de la Poterie est l'une des plus commerçantes de Vitré. Imaginez-la avec des maisons à porche sur toute sa longueur. Ces porches sont en quelque sorte les ancêtres de nos galeries commerciales actuelles car ils formaient un passage couvert où grouillaient les passants devant les baies des boutiques et les façades des maisons cossues des Marchands d'Outre-Mer.
Je me demande à quoi pouvait ressembler l'intérieur des maisons de ces fameux marchands au temps de la Renaissance ?... Stéphane Gautier, Animateur de l'architecture et du patrimoine, répond à la question
La décoration des maisons vitréennes était particulièrement sophistiquée. On retrouvait dans ces intérieurs à la fois des boiseries sculptées, des escaliers sculptés, mais également des cheminées telle celle d'époque Renaissance conservée au musée du château de Vitré et qui ornait autrefois une maison de la rue de la Poterie.
Dans les étages de ces maisons, étaient également entreposées de grosses toiles de chanvre qu'on appelle à Vitré des " canevas ". Ces toiles écrues utilisées pour la voilure des bateaux et l'emballage des marchandises ont fait la prospérité de Vitré dès le 13e siècle. Au 15e au jusqu'au 17e siècle, ces toiles font l'objet d'un commerce international, par voie maritime notamment, qui va faire la prospérité des marchands d'outre-mer.
En 1472, 40 négociants de toiles de chanvre vitréens se rassemblent et fondent la Confrérie des Marchands d'Outre-Mer. Cette confrérie, placée sous le patronage de la Sainte-Vierge, possède un caractère religieux. Mais son but est aussi corporatiste : tous les négociants ont pour devoir de se protéger et s'entraider !
Le vent du grand large qui souffle sur Vitré appelle au voyage et favorise les destins les plus fabuleux ! Si Pierre Malherbe demeure l'un des plus célèbres Marchands d'Outre-Mer avec son premier tour du monde par voie terrestre, il ne faut pas oublier non plus Pierre Landais et Julien Thierry, proches de l'entourage de François 2, duc de Bretagne, ainsi que Claude-Étienne Savary, le pionnier de l'égyptologie et le traducteur du Coran !
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page