Vitré >

La Place Général De Gaulle

Version mobile
English Deutsch

La Place Général De Gaulle

La gare de Vitré et quelques figures célèbres

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes assis sur un banc de la place Général-de-Gaulle face à la gare...
[Un Vitréen (parlé populaire)] : Dis donc, y a tout juste un an, Vitré assistait à la fin des travaux de construction de sa gare !
[Une Vitréenne (idem)] : Et aujourd'hui, 19 août 1858 est à marquer d'une pierre blanche, l'Empereur Napoléon 3 en personne va s'arrêter là pour nous saluer, nous les Vitréens !
[Un Vitréen] : Oh, regarde ; le voilà qui descend du train avec l'Impératrice Eugénie !
[Une Vitréenne] : Elle tient par la main le petit Prince impérial. Qu'est-ce qu'elle est belle dans sa robe en dentelle !
[Un Vitréen ]: Oui, mais s'il continue de pleuvoir comme ça, sa tenue va être toute chiffonnée. Il tombe des cordes !
Regardons la gare...
Elle est de style néogothique, et ce n'est pas un hasard. Grâce à Stéphane Gautier, Animateur de l'architecture et du patrimoine, nous en savons plus...
Le style néogothique est un style qui est propre au 19e siècle. Qui est connu, en fait, pour réinterpréter les styles architecturaux, notamment issus du Moyen Age tel que le style gothique.
Impossible de manquer les tourelles au sommet du monument... 
Ces tourelles sur la gare s'appellent des échauguettes. Elles sont placées sur la façade par l'architecte Victor Lenoir qui souhaite évoquer les tours les plus imposantes du château de Vitré. Outre cette évocation du style gothique, on observe que la gare est édifiée dans le style néo Louis 13 avec cette alternance de briques rouges et de pierre blanche calcaire, c'est-à-dire tuffeau.
Avec la construction de cette gare éclectique, Vitré connaît un nouvel essor. La ville devient touristique. De nombreux hôtels ouvrent leurs portes et des auberges accueillent quelques belles plumes de l'époque :
Prosper Mérimée, Victor Hugo, Gustave Flaubert, Maxime du Camp, Gérard de Nerval !
Et bien avant eux, dans la seconde moitié du 17e siècle : Madame de Sévigné. Car l'épistolière bien connue était mariée à un gentilhomme breton !
Retournez-vous. Vous voyez les grilles rouges sur votre droite ?...
Ces grilles protègent l'Hôtel de Sévigné, la demeure urbaine de la famille de Sévigné. C'est ici que la Marquise écrivit quelques-unes de ses célèbres Lettres, notamment lors de la réception qu'elle donna à l'occasion des Etats de Bretagne.
Mais remontons encore plus loin dans le temps et donnons le mot de la fin au roi Henri 4. De passage dans la ville, il s'exclame :
[Henri 4] : Ventre Saint-Gris, si je n'étais Roy de France, je voudrais être bourgeois de Vitré ! 
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page