Villard-Saint-Pancrace >

Canaux et moulins

Version mobile
English Italien

Canaux et moulins

L'eau des rivières fut domestiquée grâce à un ingénieux réseau de canaux appelés autrefois "béals".

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le climat sec et ensoleillé du Briançonnais obligea les habitants à imaginer un système d'irrigation dès l'aube du Moyen Age. L'eau des rivières fut domestiquée grâce à un ingénieux réseau de canaux appelés autrefois "béals".
Villard-Saint-Pancrace en compte huit qui sont encore utilisés de nos jours. Les plus gros, déviant l'eau des torrents, sont nommés canaux porteurs. Ils se ramifient ensuite en plus petits, les "peyras" puis en "filioles". L'eau est conduite par des détournements savants à l'aide de vannes et d'étanches jusqu'au pied des cultures. Une association, appelée autrefois "parerie", perpétue cet héritage. Elle veille à la préservation de ce droit inaliénable et des servitudes qui en découlent. Elle organise la collecte des redevances et les corvées d'entretien. Pour un parfait écoulement de l'eau, il faut, chaque année, curer et consolider les ouvrages et remettre en état les abords et les chemins souvent détériorés par les promeneurs et les vététistes.
Cette eau domestiquée servait à d'autres usages : alimentation des réservoirs d'eau pour abreuver les bestiaux, réserve en cas d'incendie, pisciculture...mais aussi énergie hydraulique pour de petites industries comme les tanneries, les filatures, les clouteries.... Parmi ces activités, les moulins tenaient une place particulière. Très nombreux autrefois, beaucoup disparurent emportés par les grandes crues. Ils utilisaient des roues horizontales en bois ou en métal équipées de palettes, que la force de l'eau mettait en mouvement. Les meules de pierre étaient taillées sur place par des spécialistes italiens. Situé sur un terrain très en pente, celui de Sachas fut construit au milieu du 19e siècle. Les familles propriétaires venaient y moudre librement des céréales aussi variées que le blé, l'avoine, l'orge et le seigle. Un tirage au sort désignait l'ordre de passage. Une participation financière et une corvée étaient obligatoires pour tous les utilisateurs. Le moulin cessa son activité pendant la seconde guerre mondiale.
Retour haut de page