Villard-Saint-Pancrace >

Eglise paroissiale et chapelle des Pénitents

Version mobile
English Italien

Eglise paroissiale et chapelle des Pénitents

La décision d'ériger une nouvelle église paroissiale fut prise à l'extrême fin du 15e siècle

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La décision d'ériger une nouvelle église paroissiale fut prise à l'extrême fin du 15e siècle. Une date - 1542 - et une signature - IHOANNES RISTOLANI - sont sculptées sur l'imposte de la porte. L'édifice est composé d'un chevet plat et d'une nef unique avec deux chapelles accolées. Il est voûté sur croisée d'ogives mais son aspect extérieur reprend les traditions architecturales du style roman lombard. L'église comporte trois portails : un à l'ouest de facture plus récente et deux au sud décorés à l'identique. Remarquez au linteau, le beau décor sculpté à la manière gothique avec les monogrammes du Christ et de la Vierge entrelacés. Les culots à représentation humaine subsistant de chaque côté soutenaient autrefois un auvent en bois. Un cadran solaire de style Louis XV interpelle les passants sur la fuite du temps. L'édifice fut très endommagé pendant la seconde guerre mondiale. Le clocher, sans doute inachevé, est couvert d'une flèche pointue exceptionnelle dans la région. Il a été rétabli en 1962. Une galerie en bois permettait de guetter les départs d'incendie.
La chapelle de la confrérie des pénitents noirs, toute proche de l'église, subit elle aussi les ravages de 1944. Ancêtres des mutuelles de santé que nous connaissons aujourd'hui, les confréries étaient très présentes dans le Briançonnais. Elles perpétuaient des traditions anciennes en pratiquant des actions de prière, de charité, d'entraide. Les hommes s'occupaient plus particulièrement des funérailles. Lorsqu'ils participaient aux processions, ils revêtaient la robe noire et portaient la cagoule. Les habitants du village participèrent avec ardeur à la restauration de l'édifice, conservant ainsi de précieux témoignages. La tribune en bois où s'assemblaient autrefois les confrères fut nettoyée et cirée, les croix et les lanternes repeintes aux couleurs vives et naïves d'antan, les catalogues égrenant les noms des pénitents furent remis dans leur cadre et replacés dans la chapelle.
Retour haut de page