Villar d'Arène >

Au pays du pain bouilli

Version mobile
English Italien

Au pays du pain bouilli

La commune de Villar d'Arène, traversée par la Romanche, est dominée au sud-ouest par le massif de La Meije.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La commune de Villar d'Arène, traversée par la Romanche, dominée au sud-ouest par le massif de La Meije, se compose du village proprement dit et de trois hameaux : Les Cours sur la route du lac du Pontet, Le Pied-du-Col sur la route d'Arsine et Le Col du Lautaret situé au col du même nom à 2058 mètres d'altitude.
Ses habitants se nomment les " Faranchins ", qui signifie " affranchis ", en souvenir des franchises acquises au 14e siècle auprès du seigneur du Dauphiné. Ces privilèges, dont ils ont joui jusqu'en 1789, leur assuraient une sorte d'autonomie placée sous le signe de la démocratie directe. Les décisions se prenaient par voie d'assemblée. Chaque problème y était exposé puis débattu jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée et validée par tous.
La vie était rude dans ce terroir difficile, durement arraché à la pente. Durant des siècles, elle s'est déroulée selon un rythme immuable, dicté par les longs hivers auxquels succédaient des périodes d'intense activité agricole pendant le trop court été.
Lorsqu'à l'automne, une fois les bêtes rentrées et les travaux des champs accomplis, les hommes disposaient d'un peu de répit, on préparait dans la vallée selon une recette immémoriale un pain particulier : le pain bouilli. Ce pain, dont les seuls ingrédients étaient la farine de seigle et l'eau bouillie, pétri sans sel et sans levain, se conservait toute une année.
Aujourd'hui la tradition se perpétue à Villar d'Arène. Le troisième week-end de novembre, les Faranchins se retrouvent au four. Sous la houlette du pétrisseur et du fournier, on verse dans les pétrins farine de seigle et eau bouillante et les bras pétrissent pendant plusieurs heures. Puis la pâte qui s'est reposée pendant sept heures est façonnée en gros pains cubiques que l'on fait passer de main en main jusqu'au fournier.
Après une cuisson longue et attentive, les pains odorants et moelleux sont prêts à être dégustés.
Retour haut de page