Aux jardins de Viels-Maisons >

Les conseils horticoles

Version mobile
English Néerlandais

Les conseils horticoles

Surtout ne faites pas Tchernobyl dans votre jardin.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le premier de ses conseils, Bertrande le tient de son propre maître en jardinage le rosiériste André Eve :
Surtout ne faites pas Tchernobyl dans votre jardin.
Jamais Bertrande ne traite son jardin. Elle utilise simplement un compost naturel et un peu de bouillie bordelaise en début et fin d'hiver.
Et pas non plus besoin d'insecticides quand les animaux ou les plantes elles-mêmes s'en chargent. Ainsi les hérissons s'occupent efficacement des limaces. Et pour éviter les pucerons sur les rosiers, il faut planter à proximité de la lavande " munstead ".
L'idée est donc de laisser travailler la nature. Par exemple : nul besoin de retourner la terre, un coup de grelinette ...Et puis ce sont les vers de terre qui montent et qui descendent et qui vont chercher de l'humidité par mon compost, et qui font le travail de bêchage.
L'arrosage ? Superflu. Les plantes et arbustes doivent puiser l'eau profondément.
Parce qu'il faut que la plante et l'arbuste prennent l'habitude de faire des efforts et d'aller chercher l'eau l'humidité dans la terre.
Pour la taille des roses anciennes, inutile de chercher les yeux, tâchez plutôt de leur donner une forme.
Mais le secret du secret du secret pour les roses anciennes qui remontent c'est de s'armer tous les matins de son sécateur et d'aller couper les roses fanées.
Autre technique, qui peut paraître fantaisiste mais qui porte souvent ses fruits: parler aux plantes
Mais même quelquefois sèchement. J'essaie une fois une plante. Deux fois si vraiment j'y tiens beaucoup. La troisième fois si ça ne marche pas c'est terminé. Mais je leur dis qu'elles sont sympas. Là en ce moment le jardin est sympa. On est bien dedans.
Oui. Ô combien. Grâce à un travail quotidien et à cette qualité première des vrais jardiniers: la patience.
Et il y aurait tant et tant de conseils. Mais Bertrande rajoute qu'à chaque jardinier son jardin.
Alors puisqu'il faut un mot de la fin, laissons La parole à la créatrice des lieux...
Je me dis de temps en temps. C'est peut-être très orgueilleux de dire ça. Mais de temps en temps je me dis que j'ai pas mal travaillé.
Retour haut de page