Vézère-Auvézère : au détour des villages >

Saint-Robert

Version mobile
English

Saint-Robert

Face à l'église, une croix en fer forgé présente les attributs de la Passion du Christ.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Avant de parler de l'église, attardons-nous un peu sur la vie de cette cité millénaire qui fait partie de l'Association des plus beaux villages de France.
Et ce n'est pas un hasard si Saint-Robert a été choisi comme décor pour le film Des Grives aux loups !
1983 : le réalisateur Philippe Monier adapte en six épisodes, pour la télévision, le roman de Claude Michelet, chef de file de l'école littéraire de Brive.
" Le village s'éveillait et, de toutes les étables, (...) provenaient des bruits familiers. (...) Les maisons s'ouvraient en de grands claquements de volets et de lourdes volutes de fumées sortaient des cheminées. L'air sentait le feu qu'on rallume, la bourrée et le genêt sec. "
Pour cette histoire paysanne, sur fond de guerre avec les Allemands, le village - rebaptisé Saint-Libéral , comme dans le livre - retrouve son aspect du début du 20 ème siècle. De nombreux habitants de Saint-Robert sont invités à jouer les figurants. L'un d'eux, Jean-Pierre Dumesnil , se souvient :
" Les antennes de télévision avaient disparu. Ils les avaient fait disparaître pour les besoins du film. Sur le parvis de l'église, nous avions le monument aux morts, une fontaine qui est restée quand même je pense plus de deux mois. Vraiment Saint-Robert , on ne pouvait plus le reconnaître. Plus de goudron. Le goudron avait disparu sous de la sciure. C'était formidable, quoi. On était sur le plateau de 8 heures du matin jusqu'à 6 heures du soir. Moi, je me suis retrouvé gendarme, marchand de vaches, au café, enfin un peu de tout quoi. "
Observons maintenant la place. Face à l'église, sur un socle de pierre, une croix en fer forgé. Elle présente les attributs de la Passion du Christ.
- Première question. Que symbolise le coq ?
- C'est lui qui a chanté au moment du triple reniement de Pierre.
- La couronne d'épines ?
- Les soldats romains l'ont mise sur la tête de Jésus, avant de l'appeler, pour se moquer, " roi des Juifs ".
- A présent, la lance ? Question facile... Mais si, c'est elle qui a servi à percer le côté du Christ, pour vérifier s'il était vraiment mort... Le marteau ?
- Pour... enfoncer les clous ?
- Bonne réponse. La tenaille ?
- Pour... enlever les clous ?
- Exact. Et pour finir, l'échelle... Pas d'idée ? Eh bien, vraisemblablement, elle aurait permis de redescendre le corps.
Positionnez-vous maintenant face à l'abbatiale.
A l'origine, au 12 ème siècle, cette église, de style roman, s'avance vers la droite, à l'emplacement de l'actuel parking. Mais la nef est détruite lors des guerres de religions, 3 siècles plus tard. Place forte, Saint Robert barre le passage entre Limousin et Périgord. C'est pour ça que le village souffre tant des combats entre Catholiques et Huguenots.
Devant nous, légèrement à gauche du portail, sur un panneau, l'inscription Casa Dei. La Maison de Dieu, en latin.
C'est le nom d'un ordre monastique créé par Saint-Robert , le saint patron du village, un ordre contrôlé depuis l'abbaye de la Chaise Dieu, en Auvergne.
Si vous pénétrez à l'intérieur de l'église, vous apercevrez, immédiatement sur votre gauche, une sculpture représentant Saint-Robert , puis un peu plus loin sur la gauche, quand vous faites face à l'autel, une autre sculpture, celle d'un christ espagnol du 12 ème siècle. Enfin, autour de l'autel, le déambulatoire, qui permet aux pèlerins de s'incliner successivement devant les petites chapelles. Précisons en effet que Saint-Robert se trouve sur l'un des itinéraires qui mènent à Saint-Jacques de Compostelle.
Contournez maintenant l'église sur la gauche.
A l'angle, une tour carrée. C'est une tour de défense dont les créneaux ont disparu. Longtemps, l'église était flanquée de tours similaires à chacune de ses extrémités.
Vous voici désormais sur l'esplanade. Positionnez-vous face à l'église.
De droite à gauche : la tour fortifiée, le clocher, puis une tour de guet qui permet d'observer les abords du village.
Ah, une dernière chose... Vous voyez, dans le jardin, en contrebas, le troisième arbre en partant de la gauche ? C'est un chêne de l'amitié, planté en 1985, dans le cadre du jumelage entre Saint-Robert et une commune de Bavière.
La preuve que, depuis l'époque des Grives aux loups et la guerre, un long chemin a été parcouru !
Retour haut de page