Vézère-Auvézère : au détour des villages >

Le Saillant

Version mobile
English

Le Saillant

Sous nos yeux, la rivière, la Vézère s'échappe des gorges pour rejoindre la plaine.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Sous nos yeux, la rivière - la Vézère - s'échappe des gorges pour rejoindre la plaine. En arrivant au niveau du pont, elle est freinée par des becs, des avancées en pointe, qui divisent le courant. On les aperçoit nettement lorsque l'on regarde en amont, depuis le pont.
Ce pont, construit en schiste, date du 13ème siècle. Observez ses magnifiques arches en ogives.
Aujourd'hui, on peut l'emprunter librement. Longtemps, cependant, il faut payer pour pouvoir traverser la rivière, un péage instauré par les Lasteyrie du Saillant, les seigneurs locaux, une famille qui possède aujourd'hui encore le château, tout près d'ici.
L'édifice que vous apercevez au-dessus du mur d'enceinte, devant vous, date du 15ème siècle. Jadis, il possédait plusieurs tours, détruites sur ordre de Louis 14. Cette destruction avait symbole de représailles après la fronde des Princes, au milieu du 17 ème siècle, une rébellion menée contre le pouvoir royal par un groupe de nobles, qui avaient cherché l'appui de l'Espagne.
Certains appellent cet édifice le Château Mirabeau...
En effet, le comte de Mirabeau, ce révolutionnaire à la réputation sulfureuse, y a séjourné, chez sa soeur, la châtelaine. On dit même qu'il aurait joué aux bandits de grands chemins, détroussant les riches et s'amusant à semer la terreur dans les forêts des environs.
Eh bien, ma foi, ce pays me semble tout à fait mûr pour la Révolution !
Le château est aujourd'hui le siège du Festival international de la Vézère qui se déroule chaque été, entre juillet et août. On peut y écouter une partie des concerts. C'est alors l'occasion de visiter cet édifice d'ordinaire fermé au public.
Hum, je vous sens intéressés par la vie artistique... Cela tombe plutôt bien...
C'est vrai. Si vous longez sur votre gauche le mur d'enceinte, sur environ 200 mètres, vous trouverez une chapelle dont les vitraux ont été réalisés au tournant des années 80, peu avant sa mort, par Marc Chagall. Pourquoi le célèbre peintre, qui n'est jamais venu au Saillant, a-t-il été séduit par le projet que lui proposait le propriétaire du château ? Paule Ferracci présidente d'une association de défense du patrimoine, a sa petite idée :
" - Je pense qu'il a accepté parce que le village du Saillant lui rappelait son village de Vitebsk, en Biélorussie, son village de naissance, dont il avait probablement la nostalgie. Et donc c'est une sorte d'hommage à ses origines en même temps et un hommage au village.
- Ce village dont vous parlez, on le voit partout sur les vitraux latéraux, qui appartiennent à ce que l'on appelle le cycle de la nef...
- Oui, ce village, vous le retrouvez partout, en hauteur. Toujours le clocher de ce petit village apparaît dans la composition.
Si nous les prenons dans le sens de l'entrée, c'est-à-dire le premier à droite en entrant, on y verra la pêche, qui est la symbolique du baptême chrétien. Le deuxième, c'est la vendange, le vin, le sang du Christ. Le troisième, c'est l'élevage, avec des agneaux, qui sont symboliques également du sacrifice chrétien. Et le quatrième, c'est la moisson, avec le pain qui symbolise le corps du christ. Donc travail des hommes, symbolique chrétienne, c'est ça qu'il a voulu dire.
- Ce qui est d'ailleurs assez étonnant pour quelqu'un qui était Juif.
- Qui est nourri de culture hébraïque et qui jusque là avait fait des vitraux inspirés beaucoup de la Bible de l'ancien testament. En adoptant la symbolique chrétienne, il élève son message à l'amour universel, au dessus des différences entre religions, pour atteindre en fait celui qui créa la lumière. "
Et pour méditer le message délivré par Chagall, rien de tel qu'une belle promenade. En continuant, au delà de la chapelle, sur environ un kilomètre, vous découvrirez de magnifiques vues sur la Vézère.
Retour haut de page