Vesoul et son agglomération >

Place du 11e chasseurs

Version mobile
English

Place du 11e chasseurs

Vesoul, ville de garnison

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La place du 11e chasseurs.
Le 11ème chasseurs, c'est un régiment de cavaliers c'est bien cela ?
Oui, le 11e régiment de chasseurs à cheval qui a stationné à Vesoul pendant un demi-siècle, jusqu'en 1939, dans les bâtiments qui sont autour de nous.
Vesoul était une ville de garnison. C'est sa situation géographique qui le voulait.
La Franche-Comté, et la Haute-Saône en particulier ont longtemps été des zones tampons, une terre de passage et un carrefour européen. Avec les guerres à répétition, les autorités ont décidé de stationner les troupes dans l'Est de la France.
En 1871, la garnison de Vesoul compte plusieurs milliers d'hommes. Et en 1887 arrivent les chasseurs.
Cyril Bonnamy de l'Office National des Anciens Combattants le confirme :
A l'échelle de Vesoul, le régiment occupait une emprise foncière extrêmement importante, c'était véritablement une ville dans la ville, il a compté jusqu'à 5000 hommes donc à l'échelle de Vesoul c'était une unité très importante qui a marqué la ville.
D'autant que de nombreux mariages ont été arrangés entre les jeunes officiers du régiment et les demoiselles de la bourgeoisie vésulienne !
Au moment de la deuxième guerre mondiale les régiments à cheval avaient déjà commencé à disparaître...les forces blindées avaient fait leur apparition.
Et puis, après-guerre, le régiment des chasseurs est envoyé à Berlin-Ouest. Il sera définitivement dissout en 1994, mais une Amicale ici à Vesoul, fait vivre sa mémoire.
Et que sont devenus ces bâtiments alors, après le départ du régiment ?
Les Allemands les ont occupés pendant la guerre, de 1940 à 1944. Ils y ont emprisonné des soldats français d'Outre-Mer. Des groupes de résistants sont intervenus à plusieurs reprises pour les aider à s'évader.
Ah oui, c'est écrit là sur la colonne au centre de la place. En hommage aux martyrs haut-saonois. La colonne renferme de la terre des camps de Buchenwald et de Rawa-Ruska et aussi du terrain où furent fusillés de nombreux hommes à Frotey-les-Vesoul.
Le mur de granit avec 712 noms a été inauguré en 2006, pour que l'hommage soit complet. Ils n'auront pas eu la chance de voir la libération de Vesoul par les Américains le 12 septembre 1944.
De nombreux habitants de la région ont été déportés, ne manquez pas la stèle en leur honneur près du Quai Yves Barbier et de l'hôtel de ville.
Retour haut de page