Vesoul et son agglomération >

Montigny-lès-Vesoul

Version mobile
English

Montigny-lès-Vesoul

Dans l'intimité des " dames nobles "

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Montigny les Vesoul.
Ce village a abrité, une fois n'est pas coutume, une abbaye de femmes. Face à nous se trouve la chapelle où se retrouvaient les chanoinesses. A votre avis où habitaient-elles ?
Dans un couvent en contre-bas ?
Non ici même, dans les maisons qui nous entourent. Dès les 13eme siècle, des " dames nobles " comme le veut la formule, ont pris leur quartier à Montigny. Elles ont fait construire leur propre maison avec leurs fonds personnels, ou disons ceux de leur famille. Elles vivaient seules et ne se rejoignaient que pour les offices ou les prières.
Chant liturgique
Ce qui veut dire qu'à part le voeu de célibat, elles étaient libres de faire comme bon leur semblait ?
Exactement ! Enfin, il fallait tout de même être de sang noble et avoir les moyens de se payer une maison et des domestiques. On dit qu'elles vivaient " en leur particulier ".
Et à quel ordre appartenaient-elles ?
Aux clarisses-urbanistes, un ordre fondé au 13e siècle par Héloise de Joinville.
Et elles venaient de leur plein gré ?
Elles n'avaient pas vraiment le choix. Leur famille préférait les placer ici plutôt que d'avoir à avancer une dot. Et elles étaient autorisées à faire venir leur soeur ou leur nièce qui vivaient selon les mêmes règles.
Un investissement familial, donc!
On dirait que c'était quand même confortable, non ?
De ce que je sais, les maisons sont construites sur trois niveaux de 75m2 carré chacun. Le niveau inférieur était dédié aux pièces de services.
Pour citer l'un des habitants de ces maisons, " ce sont de petits châteaux avec de belles hauteurs sous plafond, des poutres, des cheminées d'époque ".
Le seul bémol, c'est qu'il n'y a pas de jardin. Et tout le monde donne sur la cour, elles étaient quand même obligées de vivre un peu ensemble.
Oui mais seulement quand elles en avaient envie parce que contrairement à ce que tu penses, elles avaient bien un jardin, de l'autre côté de la maison.
Et pourquoi n'y a-t-il plus de chanoinesses aujourd'hui ?
Leurs maisons ont été vendues à la Révolution comme biens nationaux... Une saisie qu'elles ont vécu comme une ineptie puisque ces logements leur appartenaient et non pas à l'Eglise ! Nombreuses sont celles qui ont donc racheté leur propre maison aux enchères.
Retour haut de page