Si Versailles m'était compté >

Les jardins du château

Version mobile

Les jardins du château

Allez, faisons une petite promenade dans le jardin...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes dans les jardins, devant le parterre du midi.
Combien de temps a-t'il fallu pour réaliser ces jardins extraordinaires ?
Les travaux dureront plus de 40 ans ! Car tout ce que vous voyez la, l'Orangerie, les bassins, le canal n'étaient que bois et marécage, alors imaginez à l'époque le travail accompli pour ramener la terre dans des brouettes et les arbres de toute la France dans des charriots. Des milliers d'hommes ont participé à ce vaste projet.
Pour vous donner un ordre d'idée, il y a 800 hectares de jardins, 200 000 arbres, et plus de 210 000 fleurs replantées chaque année !
C'est le Nôtre, qui, en étroite collaboration avec Louis 14 a aménagé les jardins de Versailles. Il avait d'ailleurs aussi travaillé pour Nicolas Fouquet, dans les jardins de vaux le Vicomte. L'architecte jardinier est le précurseur des jardins dit " à la française ".
Mais alors quelles sont leurs particularités ?
Les lignes des jardins à la française sont géométriques, symétriques. Constitués de parterres, de bosquets, animés par des jets d'eau. Le but étant de dompter la nature, d'y imposer une perfection. De faire triompher l'ordre sur le désordre. Et quand on regarde bien les jardins de Versailles on s'aperçoit qu'aucun détail n'est laissé au hasard.
Bientôt l'architecture de ces jardins sera copiée par tous les cours d'Europe.
La figure antique d'Apollon, dieu du soleil est présente partout.
Mais où se trouve l'Orangerie ?
Elle se trouve sous nos pieds, sou le Parterre du Midi, elle est formée d'une galerie centrale de 155 mètres. Chaque mois de mai, mille orangers apparaissent par enchantement et grâce aux jardiniers du château.
Le bâtiment, très élégant témoigne de la passion de Louis 14 et de la Cour pour les arbres exotiques. Mais sachez que l'orangerie a été bâtie au départ pour faciliter la construction du château, il fallait soutenir les terres.
Retour haut de page