Vérone >

Les arènes de Vérone

Version mobile
Italien

Les arènes de Vérone

Un soir aux arènes de Vérone

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Chaque été, le Festival d'art lyrique investit ces arènes gallo-romaines qui font partie des mieux conservées d'Europe. Une ambiance unique.
C'est une douce nuit d'été sur le nord de l'Italie.
A Vérone, les gradins des arènes gallo-romaines scintillent de milliers de petites flammes, autant de bougies allumées par les spectateurs pour consulter le programme dans l'obscurité.
Enfin, l'entrée du chef d'orchestre, toujours très applaudie !
Ici, à Vérone, l'opéra n'est pas un lieu guindé mais un théâtre populaire où l'on vient en famille ou entre amis. Mais attention : toujours habillés avec élégance, une règle essentielle pour les sorties nocturnes en Italie.
" Aida ", de Verdi, c'est la représentation à ne pas rater à Vérone. C'est avec cet opéra grand spectacle, ses sphinx et ses costumes égyptiens que tout a commencé, en 1913.
Cette année-là, pour rendre hommage au compositeur Giuseppe Verdi, qui aurait eu 100 ans, " Aida " est donné aux Arènes. Le succès est tel qu'un festival d'art lyrique est créé et reconduit chaque été. Depuis, bien d'autres oeuvres ont été jouées ici mais " Aida " reste incontournable avec sa fameuse marche triomphale.
" Aida ", opéra monumental, habite majestueusement cet amphithéâtre romain, le 3ème du monde par ses dimensions. Avec ses 152m de long et 128m de large, il peut accueillir 22 000 personnes.
Vers 30 après Jésus Christ, à l'époque de sa construction, 30 000 Romains s'y entassaient pour les célèbres jeux du cirque.
Bon, aujourd'hui, le divertissement y est moins sanglant, quoique beaucoup d'opéras, comme celui-ci, " la Tosca " de Puccini se terminent particulièrement mal !
Aux arènes de Vérone, les gradins aussi font le spectacle. On vient avec son casse-croute, on chante, on pleure... et quand on a aimé le spectacle, on le fait savoir.
Retour haut de page