Vannes, joyau de la Bretagne >

Les remparts

Version mobile
Espagnol English Deutsch Italien

Les remparts

Nous sommes face à la Tour du Connétable, dans les jardins des remparts. Ces jardins à la française sont conçus dans les années 1950, là où s'étendaient les anciennes douves du moyen âge.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes face à la Tour du Connétable, dans les jardins des remparts.
Ces jardins à la française sont conçus dans les années 1950, là où s'étendaient les anciennes douves du moyen âge.
Avec ces remparts, c'est une belle part de l'histoire de la cité qui nous contemple !
? la fin du 14e siècle, c'est sur cette colline entourée de remparts qu'est situé le coeur de la ville médiévale. Vannes fait alors peau neuve :
une vannetaise (interpellant) : Holà, Maître Bâtisseur, qu'est-ce que c'est que ce chantier ?
Un maître bâtisseur (un peu lointain) : Le duc de Bretagne Jean 4 veut doubler la superficie de la ville. Il faut donc agrandir les remparts. Un bel ouvrage pour nous !
Pendant ces grands travaux, on commence la construction de la Tour du Connétable qui se trouve face à vous. Elle se termine au 15 siècle.
Une petite leçon d'architecture, ça vous dit ? La Tour du Connétable mesure 20 mètres de haut et possède 5 niveaux. Vous voyez tout en haut les mâchicoulis ?
Ce sont les orifices percés tout au long du chemin de ronde. Les mâchicoulis étaient là pour lancer des projectiles, de l'eau bouillante et de la poix pour empêcher l'échalade. C'est-à-dire l'escalade de l'assaillant par des échelles !
Baissez le regard. Vous voyez la fente dans le mur juste à gauche de la tour ? Cette meurtrière qui servait aux archers se nomme donc... une archère !
Mais la tour a aussi servi de logis du connétable de Richemont, chef des armées devenu Duc de Bretagne. Imaginez-le évoluer dans les salles circulaires superposées du bâtiment. Toutes sont dotées de belles cheminées et percées de larges baies avec des coussièges : des bancs placés sous les fenêtres pour profiter de la lumière !
Observez tout à gauche des remparts
Une oreille de pierre se dégage des remparts. C'est l'éperon de la Garenne. Edifié au 17e siècle, c'est le dernier ouvrage défensif construit à Vannes. De nos jours, 70% des remparts de la ville sont conservés, et une grande partie appartient à des propriétaires privés.
Regardez à présent encore à gauche le bâtiment le plus photographié de Vannes. Il nous invite à remonter le temps jusqu'au 19e siècle. Écoutez :
Lavandière au franc parlé : Ce bâtiment ? C'est notre lavoir ! On s'y retrouve entre femmes, on lave et rince notre linge dans l'eau de la Marle. Comment qu'on fait ?... On se met à genoux dans une caisse en bois pleine de paille ou de coussins pour se protéger de l'eau. On l'appelle boîte à laver ou carrosse. Tu parles d'un carrosse ; les genoux, ils en prennent un coup quand on savonne et frappe le linge sur la pierre avec notre battoir. Mais attention, pas de lessive le Vendredi saint, c'est sacrilège ! Faire bouillir son linge le Vendredi saint, c'est faire bouillir le sang du Seigneur !
Vous regardez les cheminées ?... C'est celles de la buanderie. Il faut payer 6 sous par jour pour les louer. Pour sécher le linge, on le pose parfois sur les buissons et les branches des arbres !
Aujourd'hui, les lavandières ont déserté les lieux. Ce sont les jardiniers de la ville, chargés de l'entretien des jardins et le service du Patrimoine, qui ont pris leur place !
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page