Vannes, joyau de la Bretagne >

Le port

Version mobile
Espagnol English Deutsch Italien

Le port

C'est la plus prestigieuse des portes de Vannes. Elle est percée entre 1620 et 1624. A cette époque, l'eau du port vient lécher le bas de la porte.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes sur le port, tournons le dos à la mer pour regarder la porte Saint-Vincent.
C'est la plus prestigieuse des portes de Vannes. Elle est percée entre 1620 et 1624.
A cette époque, l'eau du port vient lécher le bas de la porte. Et un siècle plus tard, au 18e, l'édifice a les pieds tout rongés ! Il faut le relever et le restaurer. Bienvenue aux niches à coquilles et aux colonnes à chapiteaux inspirées du baroque italien !
Regardons le haut de la porte. Vous voyez Saint Vincent-Ferrier qui lève le bras ? Le patron de la ville bénit tous ceux qui entrent dans Vannes. Mais on raconte que le jour où son bras s'abaissera, la cité sera engloutie par les flots !
Dans la partie centrale de la porte : les armoiries de la ville ! Attention, le roi François 1er en personne nous les décrit
François 1er : Voyez-vous l'hermine avec sa cravate ? Elle symbolise la Bretagne. La couronne composée de 3 trois tours évoque, elle, la ville fortifiée dont la devise est : A ma vie. Quant aux deux lévriers, la belle cité de Vannes me les a offerts, en 1532, lorsque je vins signer le traité d'Union de la Bretagne à la France.
Devant la Porte Saint-Vincent : la place Gambetta. Au 17e siècle, l'eau la recouvre complètement. Mais au 19e siècle, on comble les anciennes douves autour du pont Saint-Vincent, le quartier est alors assaini et on crée le large espace que vous voyez actuellement. Cet hémicycle de style néo-classique très prisé à la fin de l'Ancien Régime, embellit le port et facilite la circulation. De nos jours, les immeubles en pierre blanche de la place Gambetta masquent les remparts collés à la porte Saint-Vincent.
Tournons-nous vers le port
Imaginez le port de Vannes au 16e siècle. La foule grouille et les senteurs se mêlent tant le commerce maritime est prospère. Les riches marchands et les armateurs s'installent le long des quais de la rive droite. Et comme c'est un endroit où il faut être vu en bonne compagnie, on y plante la Rabine. Rabine veut dire en breton : allée bordée d'arbres !
Mais à la fin du 17e siècle, le port de Lorient concurrence celui de Vannes. L'envasement ici empêche l'accès des bateaux de gros tonnage et freine le développement du commerce avec l'outre-mer. L'activité parvient tout de même à se ressaisir grâce au cabotage de proximité et aux chantiers de construction navale.
Au début du 20e siècle, des bateaux à vapeur sont affrétés au départ de Vannes pour des excursions touristiques sur le golfe du Morbihan.
Aujourd'hui, les bateaux des plaisanciers ont remplacé les caboteurs. Le port et la place Gambetta sont des lieux particulièrement animés dans la ville. Vous voyez les deux bâtiments contemporains en forme de cube en bois sur votre droite ? Le plus lointain abrite l'Office de tourisme Vannes-golfe du Morbihan. Le plus proche de nous est le Kiosque qui présente des expositions temporaires culturelles. Décidément, le port de Vannes a bien belle allure au 21e siècle ! La musique prolonge le texte avant de s'évanouir
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page