Deux cadrans solaires ornent les maisons de la Vachette, ils portent tous les deux une devise " La vie fuit comme l'ombre " sur le premier et " La vie est peu de chose, un rire, un souffle, un pleur" sur le deuxième.   


Chaque hiver, les 600 coureurs de ski de fond du marathon de la Clarée empruntent les ruelles du village : ambiance et coude-à-coude garantis !

Yann Le Fichant

Val-des-Prés

Version mobile
English Italien
  • Eglise Notre-Dame-de-l'Annonciation

    1. Eglise Notre-...

  • Eglise Saint-Claude

    2. Eglise Saint-...

  • Architecture traditionnelle

    3. Architecture ...

  • Maison d'Emilie Carles

    4. Maison d'Emil...

  • Ouvrage militaire de la Lame

    5. Ouvrage milit...

x

Au pays de Mme Carles

Entre Briançon et Névache, Val-des-Prés est un endroit idéal pour se promener au printemps et en été. A vos chaussures de randonneurs...

La commune étant réputée pour ses forêts et ses prairies, le nom de Vallis pratorum (la vallée des prés) est cité dès 1289. Pour préserver les parcelles cultivables, l'habitat est groupé autour de la route. Les maisons en pierre présentent

Rencontre avec...

Les vachetins : c'est ainsi qu'on appelle les habitants de Val-des-Prés   
des façades traitées en enduits lisses à la chaux, discrètement décorées : des heurtoirs et impostes en fer joliment forgé affichant les initiales des propriétaires, des pierres gravées de symboles religieux et de chronogrammes mais surtout des cadrans solaires venant affirmer le rang social du maître des lieux. Parmi les 284 anciens conservés dans Hautes-Alpes, celui de la maison Merle est particulièrement remarquable. Daté de 1843, il a été peint par Giovanni Francesco Zarbula ou Zerbola, célèbre cadranier Piémontais originaire de Biella qui a parcouru les Alpes pendant 40 ans laissant sur son passage ses oeuvres réalisées à la fresque. On retrouve son style marqué par : sa signature Z.G.F, un trompe l'oeil représentant un cadre en bois mouluré et un fond de faux marbre, des oiseaux exotiques picorant une grappe de raisin, le M de Midi à la place du 12, les lignes horaires en forme de flèche avec empennage et une devise qu'il appose souvent avec une petite faute d'orthographe. : " Sans le soleil je ne suis rien et toi sans Dieu tu ne peut rien ".   
Emilie Carles, par son livre " Une soupe aux herbes sauvages " best seller des années 80, fit connaître la vallée de La Clarée dans le monde entier. Dans cet ouvrage, elle immortalisa ses combats, son amour de la nature et la vie rude des paysans montagnards.
Née en 1900, Émilie fut institutrice à Val-des-Prés. Sa jeunesse fut particulièrement difficile, partagée entre le travail aux champs, pour ne pas laisser trop de labeur à ses cinq frères et soeurs, et sa scolarité. En 1927, elle rencontra Jean Carles, de onze ans son aîné, qui devint son mari. Avec lui, elle lutta contre l'injustice, le racisme, la guerre et la soumission des femmes. Sa maison, autrefois appelée le " château ", avait été achetée par un de ses aïeux aux héritiers de François Prat, un riche négociant, originaire du village installé à Gênes. En 1936, les deux époux la transformèrent en auberge, " Les Arcades ", pour accueillir les vacanciers du Front Populaire. Emilie mourut en 1979. Elle a fait don de son corps à la science. L'école communale où elle exerça jusqu'en 1962, porte son nom.   

[ Accès à la carte Accès à la carte ]

Le saviez vous ?

Le nom du hameau " La Vachette " vient de Névache. Au début, il y avait 10 vaches. 9 sont restées pour donner le nom de Névache et une est partie pour donner son nom à  " La Vachette "
Version mobile
English Italien
Retour haut de page

Photo de gauche : Photo de gauche : Val-des-Prés - Le Serre - Église Saint-Claude
Par MOSSOT (travail personnel), via Wikimedia Commons et Françoise Deshairs, Julie Crutz, Véronique Faucher