Haute Corrèze : parcours au pays des troubadours >

Bort les Orgues

Version mobile
English

Bort les Orgues

Devant nous, la plus grande retenue artificielle de France, après celle de Serre-Ponçon, dans les Alpes.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Bort les orgues.
Ici, nous sommes à la frontière de deux régions.
Si nous nous trouvons encore en Limousin, là-bas, sur la rive opposée, c'est déjà l'Auvergne.
Ce barrage, le premier de cinq grands ouvrages sur la Dordogne, est construit entre 1942 et 1951.
Toute la population de Bort attendait avec impatience ce jour historique, celui de la mise en eau du barrage. Cet ouvrage haut de 119 mètres est le fruit d'un travail titanesque. 700 000 mètres cubes de béton ont été nécessaires à la réalisation de ce chantier, qui par moment, a mobilisé jusqu'à 1500 personnes. Aujourd'hui, pour la première fois, ses turbines entreront en action. Ce barrage constituera désormais une pièce essentielle dans le réseau d'alimentation électrique et apportera une indispensable contribution au progrès de notre économie nationale.
Depuis l'essor des centrales atomiques, à partir des années 70, l'hydroélectrique joue un rôle indispensable de complément, avec plusieurs atouts. Il s'agit d'une énergie renouvelable, non polluante, et surtout, on peut produire de très grandes quantités d'électricité en très peu de temps.
L'usine, en bas, permet d'alimenter l'équivalent d'une ville de 100 000 habitants.
Cet ouvrage a contribué à dompter la Dordogne.
Jadis, la ville de Bort, située en aval, devant vous, vivait dans l'angoisse chaque fois que s'abattaient des pluies diluviennes.
Voilà ce que dit l'écrivain Marmontel, un siècle avant la construction du barrage :
Bort est menacé d'être submergé par les torrents que forment les orages, ou écrasé par une chaîne de rochers volcaniques, les uns plantés comme des tours sur la hauteur qui domine la ville et les autres pendants ou à demi-déracinés .
Les rochers sur la rive droite, cachées par la montagne. Ils sont les orgues qui donnent à la ville une partie de son nom.
La plus grande retenue artificielle de France, après celle de Serre-Ponçon, dans les Alpes s'étire sur une vingtaine de kilomètres.
Au moment de la mise en eau, un village, Port-Dieu , a été rayé de la carte. Ses maisons ont été minées, puis englouties. Le Chateau de Val a été épargné.
Construit au 15ème siècle, le Château de Val est situé dans le Cantal, mais il est dépend de la ville de Bort. Depuis la mise en eau du barrage, il est n'est plus relié à la rive que par une mince bande de terre. C'est donc sur un fond magique que détachent ses six tours surmontés de toits à poivrières.
D'ailleurs, dans l'un de ses films, Le Capitan, Jean Marais escalade les parois du château.
A l'intérieur, il y a une chapelle gothique, dédiée à Saint-Blaise, des expositions d'art contemporain.
Retour haut de page