Brive & Turenne : parcours au pays de fameux gaillards >

Place du Foirail

Version mobile
English

Place du Foirail

Nous sommes sur la place du Foirail, en bas du village de Turenne, l'un des 140 plus beaux villages de France.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes sur la place du Foirail, en bas du village de Turenne, l'un des 140 plus beaux villages de France.
D'ici la vue est imprenable sur les vestiges du château et ses 2 tours. A gauche, la tour césar a été construite vers le 11ème siècle. A droite, la tour carrée date du 14ème siècle.
- Quand les seigneurs de Turenne s'installent-ils ici ?
- En l'an mille. C'est la famille des Comborn qui construit le château. Il a une place stratégique pour surveiller la route qui va de Paris à Toulouse.
Ces seigneurs participent activement aux croisades et aux guerres contre les Anglais. En récompense, les rois de France leur accordent des privilèges exorbitants. Leur vicomté peut être indépendante .
- Un état dans l'état où les seigneurs peuvent fabriquer leur propre monnaie et réunir une armée. Les habitants ne payent pas d'impôts au roi, et la taxe locale est faible. Un paradis fiscal quoi ! Tous les riches de la région voulaient venir là !
- Les villages alentour en profitent ?
- Oui. La vicomté rassemblera jusqu'à 120 villages. Jusqu'aux portes de Brive. Cet état de grâce et d'indépendance durera neuf siècles.
- Et après les Comborn ?
- D'autres grandes familles leur succèdent. Les Roger de Beaufort, et enfin, les La tour d'Auvergne pendant la guerre de cent ans.
- Ce nom ne m'est pas inconnu....
- Oui, il fait la renommée de Turenne pendant presque 300 ans.
Tout d'abord il y a Henri 1er de la Tour D'Auvergne. Il est compagnon d'arme d'Henri 4 et se convertit à la réforme. Il fait alors de Turenne une place forte du protestantisme.
Ensuite, l'un de ses fils, Henry, mène une carrière militaire brillante et devient Maréchal de France en 1642. On le surnomme le grand Turenne.
- C'est à l'époque du jeune roi Louis 14 non ?
- Oui, et c'est là que Turenne va vivre les journées les plus délirantes de son histoire .
- Imaginez, tout le gotha de la noblesse française vient fomenter ici la rebellion contre Mazarin. C'est la semaine folle de Turenne.
Madame Gueli , historienne, nous parle de la semaine folle de Turenne :
- On est en 1650, c'est la période de la fronde, la reine anne d'Autriche est devenue régente pour son fils louis 14 qui n'avait que 5 ans et elle était secondée par mazarin donc, un cardinal d'origine italienne qui a immédiatement monté contre lui tous les grands seigneurs fançais. Parmi ces grands seigneurs, le plus actif est le vicomte de turenne....alors il a monté avec d'autres grands seigneurs un véritable complot contre Mazarin. Il s'est enfui de paris et est venu se réfugier en vicomté, et là, il a appelé à lui tous les autres seigneurs révoltés pour ensuite aller dans bordeau et de bordeau, essayer de prendre le pouvoir.
Alors pendant une semaine ils se sont retrouvés tous ces grands seigneurs, dont la rochefoucault, l'auteur des maximes, dont aussi la princesse de Condé ... et tous ces gens pendant une semaine ont organisé leur expédition sur bordeau.Il fallait qu'ils s'organisent en armée
- On imagine aussi les grandes fêtes...
c'est un peu difficile à imaginer , le concierge du château, le gouverneur, tous ses serviteurs se précipitaient pour nettoyer, pour arranger en hate un peu tout, pour acccrocher les tapisseries, pour déplier les tables pliantes, bref, pour monter en vitesse une installation.
- on dit que le vicomte payé lontemps cette semaine...
- Cette année là il a demandé un impot extraordinannire mais je ne pense pas que c'était pour les fêtes, c'était surtout pour son armée, l'armée qu'il emmenait à Bordeau.
Les 17 ème et 18 ème siècles marquent le déclin de Turenne. Les protestants sont partis, chassés par la révocation de l'édit de Nantes, et l'artisanat et le commerce qu'ils développaient s'effondrent. Les vicomtes de Turenne ne sont plus que de simples courtisans logés à Versailles.
Le coup fatal va être donné par le dernier vicomte qui pour rembourser ses dettes de jeu cède la vicomté au roi louis 15 pour une bouchée de pain. La vicomté perd définitivement son statut privilégié et le roi détruit le château.
Retour haut de page