Brive & Turenne : parcours au pays de fameux gaillards >

Musée Labenche

Version mobile
English

Musée Labenche

L'hôtel Labenche est l'un des rares bâtiment renaissance de la région.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au Musée Labenche.
A gauche des grilles dans la cour, vous apercevez les vestiges des remparts de la ville. Ils datent du 14 ème siècle. Une époque où la ville se bat sur 2 fronts : les ennemis de l'extérieur : les Anglais, et les ennemis de l'intérieur : les 3 seigneurs voisins qui convoitent la cité : le seigneur de Turenne, de Malmort et de Noailles.
Les archives racontent qu'un jour l'armée de Turenne arrive aux portes de la ville. Les hommes sont aux champs. Pour se défendre, les femmes saisissent les courges qui mûrissent sur les remparts et les jettent contre les assaillants. Les moqueurs surnomment alors Brive la " ville des coujous ".
Pourtant, Brive est surtout gaillarde.
Pendant la deuxième guerre mondiale, Brive mérite son nom de gaillarde.
En 1940, le briviste Edmond Michelet rédige et diffuse le 1er tract appelant à la résistance, nous sommes le 17 juin. Il devance le fameux appel du 18 juin d'un jour.
Il sera déporté à Dachau puis ministre sous de Gaulle.
A la fin de la guerre, le 15 août 1944, les maquisards encerclent la garnison allemande. L'occupant doit déposer les armes. Brive est la première ville de France qui se libère par ses propres forces et recevra la croix de guerre pour cet acte héroïque.
A droite des grilles de l'entrée le blason de la ville vous est présenté. Sur fond bleu, 9 épis de blé liés par 3 marquent la prospérité de cette ville. L'inscription en latin signifie " Brive capitale du bas limousin ". La croix de guerre a été rajoutée après la libération.
L'hôtel Labenche est l'un des rares bâtiment renaissance de la région. Les maîtres de maisons sortent de la façade et accueillent le visiteur. La femme au mouchoir nous salue.
Sur le haut de l'aile gauche du bâtiment il y a un temple gréco-romain avec ses colonnes. C'est une évocation très à la mode à cette époque.
Depuis 1989, le musée de Brive présente ici une collection allant de la préhistoire à nos jours avec un fond intéressant sur les arts populaires.
Ne manquez pas les célèbres tapisseries anglaises de la manufacture de Mortlake réalisées au 17 ème siècle. Elles sont uniques en France.
Et puis jetez un oeil sur le premier accordéon. Il a été fabriqué ici à Brive
Retour haut de page