Thomery, le chasselas et Rosa Bonheur >

Le Port

Version mobile
Espagnol English Japonais

Le Port

Appelé port au grés, il devient ensuite port au fruits.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous voici devant l'ancien port de Thomery.
Appelé port au grés, il devient ensuite port au fruits. Ce lieu s'est imposé naturellement, car le cours de la Seine y est rectiligne, sans courant déstabilisant.
L'aménagement du port date de 1841. On a coutume de dire que la moitié fut payée par l'état, l'autre par les viticulteurs de Thomery...
...et que la ligne droite apparente dans le pavage en serait la frontière.
La navigation à l'ancienne se fait dans le sens du courant. Et oui, pas de moteur...
Ainsi " les trains de bois ", ces grands radeaux de bûches façonnés dans le Morvan, descendent la Seine depuis l'Yonne.
C'est d'ailleurs de cette étroite association entre l'eau et le bois que vient l'appellation administrative des " Eaux et Forêts ".
Ah tiens ! tu ne l'avais jamais dit...
Et bien, il y a un début à tout...
Je continue : au 18ème s'établit à Thomery, grâce au port, un commerce de pommes. En été, des commerçants achètent les récoltes sur pied, et les fruits sont livrés par bateau en hiver, au fur et à mesure des besoins. Au 19ème, il faut une nuit de navigation dangereuse pour arriver à Paris. Les bateaux utilisés sont à fonds plats, avec un faible tirant d'eau leur permettant de naviguer quasiment tous les jours sur la Seine.
Peu à peu oecela prendra plus d'un demi-siècle, tout de même ! - le commerce du raisin va remplacer celui des autres fruits. Rare et recherché, il se vend plus cher, et il est donc plus rentable.
D'autant que les murs à vigne s'accommodent mal de la promiscuité des arbres fruitiers, qui leur font de l'ombre.
Et puis est venu le moment d'expédier les raisins par le rail...
Enfin...là aussi, cela a pris du temps ! Les habitants sont d'abord très méfiants envers le train et sa fumée, que l'on accuse d'abîmer le fruit. D'ailleurs, vous verrez, la gare n'est pas dans le village, mais dans la forêt.
Le train ! le train ! il n'y a pas que le train qui abîme le raisin, car " après St Urbain, ce qui reste de la vigne est bien vilain ".
Retour haut de page