Thomery, le chasselas et Rosa Bonheur >

Le Jardin Salomon

Version mobile
Espagnol English Japonais

Le Jardin Salomon

Le jardin public de cette place a pris le nom d'un des plus grands producteurs de raisin de Thomery au 19ème siècle : les établissements Salomon et fils.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Ah ! nous voilà dans le vif du sujet...
Le " vif du sujet ", à Thomery, ce sont les vignes. Non pas pour faire du vin, mais pour faire du raisin de table, le célèbre " Chasselas ". Et cette production fit longtemps la fortune du village.
Le jardin public de cette place a pris le nom d'un des plus grands producteurs de raisin de Thomery au 19ème siècle : les établissements Salomon et fils. Il abrite aujourd'hui des serres, construites au 19ème siècle par les producteurs Rose Charmeux, puis Etienne Salomon.
Ces serres n'étaient pas le mode de production habituelle. Il fallait être une grande exploitation pour pouvoir en posséder. Il s'agissait de serres de forçage permettant d'obtenir du raisin de mai à septembre, donc à contre-saison. Pour cela, on chauffait les serres, grâce à un système de thermosyphon.
Alors que partout à Thomery, la cueillette et la vente avaient lieu de septembre à mai, le raisin de serre prenait le relais jusqu'à la récolte suivante : on pouvait ainsi trouver du chasselas de Thomery toute l'année.
Ecoutez ce que dit Emile Michel, en 1909, dans son ouvrage : La forêt de Fontainebleau :
" Dans ses belles serres, M. Salomon a formé une collection, unique au monde, de toutes les variétés de vigne cultivées, et l'on peut s'y rendre compte des soins minutieux qu'exige cette culture : aération des grains pour que chacun reçoive sa part de lumière et de chaleur, nettoyages incessants, conservation des raisins jusqu'à une époque très avancée du printemps. A l'Exposition Universelle de 1900, où M. Salomon avait réuni des spécimens remarquables, une grappe de raisin de Frankenthal ne pesait pas moins de 1kg,850 "
Emile Michel remarque aussi que :
" la plupart des maisons et des murailles convenablement orientées sont couvertes de treilles ".
A cette époque, la culture de la vigne est en effet omniprésente au village. Elle se présente contre des murs d'environ 2,50 m de haut, orientés au levant, au midi ou au couchant -donc tout sauf au nord !- distants d'environ 8 à 10 m.
Vous en avez quelques exemples autour des serres.
En 1840, Thomery compte déjà 149 kms de murs, et il y eut jusqu'à 300 kms de murs au plus fort de la production.
Mais attention ! " S'il pleut à la veille St pierre, la vigne est réduite du tiers "
Retour haut de page