Thomery, le chasselas et Rosa Bonheur >

Chemin des Longs Sillons

Version mobile
Espagnol English Japonais

Chemin des Longs Sillons

Il permettait de cheminer parmi les propriétés des producteurs de Chasselas.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous vous proposons une promenade, une jolie promenade. Prenez le chemin de terre devant vous, il vous conduit au " chemin des Longs Sillons ". Il permettait de cheminer parmi les propriétés des producteurs de Chasselas. Seules des petites charrettes à bras ou à cheval pouvaient y circuler.
Là, nous allons rencontrer une vraie spécialiste, Mme Jeannine Curie, Présidente du Syndicat d'Initiative de Thomery. Elle nous raconte la cueillette et la conservation du raisin qui poussaient le long de ces fameux murs:
Groupe 3 Nous sommes ici sur le chemin des longs sillons, site inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.
Groupe 26 Alors, à pied, vous verrez pas les murs malheureusement parce que vous n'êtes pas suffisamment haut.
...
Enfin...à travers les percées et les portes de ce chemin, vous allez tout de même en apercevoir...
...
Je vous invite à prendre un autocar () à ce moment-là, vous les découvrez pleinement et le mieux c'est encore de prendre un avion et de survoler Thomery, là, l'image est absolument magnifique et on ne se lasse pas du périmètre de murs qu'il y a sur Thomery, c'est exceptionnel.
Groupe 21 Alors, s'il est vrai qu'au départ il y en a eu jusqu'à 350 km, il en existe encore actuellement 150 km.
Groupe 22 ces murs sont protégés. Certains sont répertoriés, donc on ne peut pas du tout démolir un mur à Thomery
Décrivez-nous un mur sur lequel poussait du raisin...
Groupe 7 Alors on voit tout d'abord les fils de fer qui sont tendus à peu près tous les 25 cm, sur lequel on palisse la vigne. Avant on utilisait des lattes de châtaigniers.
Groupe 10 Au-dessus, il est placé des grands crochets sur lesquels sont posées des plaques de verre qui abritent le raisin. Cette plaque de verre va capter le soleil et faire que le mur emmagasine de la chaleur et va la restituer la nuit. Le raisin finalement mûrit plus par la chaleur du mur que par le soleil direct. Cette plaque de verre aussi permettait l'abri du raisin donc contre les grêles, contre les grosses pluies et faisait que le raisin était plus beau et plus mûr.
La vigne était taillée au mois de mars, puis le raisin ciselé en juin pour ne garder que les plus gros grains et les aérer. Chaque grappe est protégée des insectes jusqu'à la cueillette par un petit sac en papier perforé.
Groupe 5 Environ le 15 octobre, () les journaliers venaient pour faire rapidement la cueillette et pouvoir rentrer le raisin en chambre à raisin
Groupe 13 Le raisin était conservé dans des pièces que l'on appelle des chambres à raisin, parce que souvent elles étaient situées à l'étage de la maison du viticulteur, avec un parquet, qu'on était obligés de mouiller pour donner une certaine humidité à la pièce. Ces pièces devaient garder une température de 6-8 ? C d'une façon constante ().
Cette méthode de conservation dite à " rafle fraîche " consiste à cueillir chaque grappe avec un morceau de sarment. On le plonge dans un flacon incliné rempli d'eau, que l'on dispose sur une étagère. Les grappes pendent alors hors du flacon afin d'éviter d'abîmer leur pruine, et de pourrir au contact des autres.
On peut ainsi le garder jusqu'au mois de mai de l'année suivante !
Groupe 15 Le raisin de Thomery, le chasselas plus précisément, était vendu sur Paris, dans les magasins tels que Fauchon... et tous les magasins de luxe de la région parisienne
Il est vrai qu'il s'agissait d'une friandise. Les grands parents en offraient à Noûl à leurs petits enfants : vous pensez, un fruit frais en plein hiver !
Très réputé, on trouvait du Chasselas de Thomery jusqu'en Russie !...
Mais tout à une fin...
Groupe 17 des fruits sont arrivés de l'étranger à un prix beaucoup plus abordable, le raisin restant un fruit très cher, de par la main d'oeuvre agricole qui est devenue hors de prix. les jardins ont été vendus donc pour terrains à bâtir, les gens sont partis travailler en usine pour avoir un salaire beaucoup plus fixe et la culture a décliné et s'est terminée vers les années 1980.
Groupe 20 Alors aujourd 'hui, le raisin n'est plus commercialisé du tout mais beaucoup de gens continuent à avoir ne serait-ce que deux ou trois pieds de chasselas dans leurs jardins, pour continuer l'histoire du raisin de Thomery.
Retour haut de page