Dautry, l'urbanisme a visage humain >

Le parc des Buttes Chaumont

Version mobile
English Deutsch

Le parc des Buttes Chaumont

Un havre de verdure plein de souvenirs

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le parc des Buttes Chaumont
Sache Petite que tu rentres ici dans le labyrinthe de mes souvenirs d'enfance. Le Parc des Buttes Chaumont.
Comme à Paris ?
Oui. C'est le même. En miniature bien sûr. Mais dans l'idée tout y est. Tu vois la pièce d'eau à sec. C'était le lac. Alimenté par une cascade et une foule de petits ruisseaux. C'était superbe.
Là bas on voit encore les restes d'un pont de pierre.
Oui. Juste à côté il y avait un kiosque où l'harmonie de la cité jouait les dimanches et jours de fête. C'était vraiment un endroit enchanteur. Tout le monde, jeunes et vieux, venait s'y détendre et prendre un bon bol d'air.
 C'est là que tu as fait tes premières bêtises je parie.
Hola ! Tu n'imagines pas ! Heureusement que le parc ne parle pas. Gamin on dévalait les pentes avec une voiture d'enfant qu'on avait désossée. C'était nos skateboards à nous, en quelques sortes. Après, ados, on s'amusait à fumer des lianes ou de l'armoise qu'on roulait dans du papier journal. Fallait faire attention parce que le garde-champêtre n'était pas commode. Interdiction de grimper aux arbres ! Ou de faire du feu ! Il veillait au grain et n'hésitait à ramener les garnements chez leurs parents.
On y contait fleurette dans ce parc aussi ?
Joker ma petite Jeanne. Tout ce que je te dirai c'est que c'est ici que j'ai embrassé ta grand-mère pour la première fois.
C'est chou !
Te moque pas. C'était une autre époque tu sais. Mais on vivait heureux ici ! Ça pour sûr. Tu peux interroger tous les anciens ils te le diront. Et c'est pas de la nostalgie de vieux gâteux. On avait l'impression de vivre à la campagne. Pour nous la ville c'était Tergnier. Alors qu'en fait il y avait plus d'habitants dans la cité. Pas loin de 4000.
Qu'est-ce qui s'est passé alors ? Pourquoi ça a changé ? La reconstruction après guerre ?
C'est sûr que ça a fait beaucoup. Fini les petits pavillons ! Mais la culture cheminote inspirée par Dautry a tout de même résisté. Après, c'est le métier lui-même qui s'est bouleversé. Le passage de la vapeur à l'électrique. C'était plus vraiment la même entraide. Plus les mêmes solidarités. Et puis petit à petit on a basculé dans une société plus individualiste, plus consumériste. Plus rien à voir avec la cité modèle de Dautry.
Retour haut de page