Dautry, l'urbanisme a visage humain >

Le canal

Version mobile
English Deutsch

Le canal

Un canal aujourd'hui symbole de circulation qui matérialisait la ligne de démarcation pendant l'Occupation.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le canal
Le canal de Saint Quentin ! Avant le rail, c'est grâce à lui que Tergnier s'est développée.
Il date de quand ?
Il a été imaginé par Colbert puis Mazarin mais c'est Antoine Crozat, un riche financier parisien, qui lance réellement les travaux en 1732. Il en modifie le tracé initial et choisit de le faire passer par Tergnier.
Ça a pas dû se faire en un jour.
Sûr. Les travaux se sont étalés sur près d'un siècle pour relier finalement la région Nord à Paris, en passant par l'Escaut, la Sambre, l'Oise et la Seine.
Il servait pour le transport de marchandises je suppose ?
Oui. Bois. Charbon. Céréales, productions industrielles. Il a longtemps été la principale source de ravitaillement de Paris. Et puis tout le long il y avait de nombreuses industries.
Comme la première raffinerie.
Oui. Et plusieurs fonderies aussi.
Donc en fait, en plus d'être un noeud ferroviaire, Tergnier est aussi un noeud fluvial.
Oui. Tu te souviens du point Y à Fargniers, l'une des trois communes voisines associée à Tergnier.
Le Y ?
Oui. C'est l'embranchement qui mène d'un côté au canal de la Somme, de l'autre au canal de l'Oise. Dans les années 60, une centaine de péniches passait chaque jour par là. Et puis avec l'ouverture du canal du Nord en 66, le trafic a commencé à décliner pour laisser la place surtout au tourisme fluvial.
Question tourisme, le canal a de beaux jours devant lui. J'ai lu dans le journal qu'il était intégré à la vélo route voie verte Paris-Moscou via Berlin. Ça fait une belle trotte.
Oui. J'ai vu ça aussi. Ironie du sort ! Aujourd'hui c'est une voie de circulation et d'échange entre pays mais figure-toi que pendant l'Occupation c'était la ligne de démarcation entre zone occupée et zone interdite.
Et là on est où nous ? En zone occupée ou interdite?
En zone occupée. Et de l'autre côté du pont, Quessy et son église étaient en zone interdite.
Comment ça se passait alors ?
Je n'avais que 6 ans en 40, mais je me rappelle bien le passage des barrages. Les soldats qui nous criaient " Ausweis " dans les oreilles. Impossible de circuler d'une rive à l'autre sans ces papiers. Et puis la peur aussi. Les petites brimades et humiliations sans compter les familles entières séparées. C'est pas des bons souvenirs tout ça. Allez viens on va traverser la passerelle.
Retour haut de page