Dautry, l'urbanisme a visage humain >

La place Raoul Dautry

Version mobile
English Deutsch

La place Raoul Dautry

Le coeur de la cité et de la vie collective

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La Place Raoul Dautry.
A l'origine c'est la "  place de France ". Elle a été rebaptisée en 1928 quand Dautry a pris la direction du réseau public de l'Ouest, qu'il quittera en 1937, juste avant la création de la SNCF en 1938.
Dont il était membre du conseil d'administration.
Exactement. Épates moi encore. Qu'est-ce que tu sais d'autre sur Dautry ?
Alors... ingénieur, chef d'entreprise et homme politique.
Ministre de l'armement de septembre 39 à juin 40, c'est lui qui supervise l'opération visant à soustraire aux allemands le stock norvégien d'eau lourde. Tu sais...cette matière qui servait à la recherche nucléaire. Sous Vichy il se retire dans le Lubéron. Il prend parti pour la résistance mais ne rejoindra pas De Gaulle à Londres. A la libération, après 2 ans passés au ministère de la reconstruction, il dirige le tout nouveau commissariat à l'énergie atomique avant de décéder en 1951.
 Pas mal fillette ! Avant tout Dautry a été un formidable visionnaire. Un brillant organisateur du vivre ensemble. Il ne croyait plus au libéralisme. Et pas au socialisme. Mais il voulait parer à la lutte des classes. Pour lui, elle était aussi dangereuse pour l'Homme que pour l'Entreprise. D'où son idée de fonder la productivité sur le progrès social.
Et de mettre à disposition des ouvriers tout le confort possible ?
Ici, on est au centre de la cité. Au coeur de la vie collective. Autour de la place il y avait : une bibliothèque, un cinéma, 5 écoles, des bains douches, un dispensaire...
Rien que ça ?!
Attends ! ...un centre d'hygiène infantile, une pharmacie, un économat...
Et cet espèce de château d'eau c'est quoi ?
C'est l'un des deux réservoirs de la cité.  Il servait aussi de kiosque à musique. Et derrière lui, c'était le siège du conseil d'administration.
Le conseil municipal?
Non. Il faut bien comprendre que la cité était entièrement privée. Elle appartenait aux Chemins de Fer du Nord.
La commune n'avait pas son mot à dire ?
Du tout. On vivait ici en totale autarcie. Ce qui supposait du coup autogestion et autodiscipline. Jamais la police n'est entrée dans la cité par exemple.
Du coup on y faisait un peu ce qu'on voulait.
Pas vraiment non. Et puis ici en plus pas d'église, pas de réunion syndicale, ou de bistrots.
Ouais ! C'est fou ça ! J'ai noté un truc...attends...voilà...Dautry disait " je ne veux pas que rentre dans la cité ce qui divise la société par ailleurs. "
Tout un programme !
Retour haut de page