Dautry, l'urbanisme a visage humain >

La place du 113ème

Version mobile
English Deutsch

La place du 113ème

Une borne commémorative pas vraiment à sa place

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La place du 113ème
" Ici fut repoussé l'envahisseur. 1918 ". C'est quoi ce monument Papy?
Une borne Moreau-Vauthier. Il en existe une grosse centaine. Disposées par le Touring Club de France après guerre le long d'une route commémorative qui suit la ligne de front de la contre offensive alliée en juillet 1918.
Mais tu disais que Tergnier avait été libérée en septembre 18.
Bien vu ma p'tite Jeanne. Cette borne n'est pas vraiment à sa place en effet.
Ben alors qu'est-ce qu'elle fait là ?
On suppose que c'est pour honorer le travail et le sacrifice des cheminots pendant la guerre. L'un de leurs plus beaux exploits, c'est la construction de la ligne Abbeville-Beauvais. Indispensable pour la victoire. Ils l'ont faite en 100 jours ! Impossible, avaient dit les services du Génie Militaire, qui en réclamaient 5 fois plus. Et c'est à Dautry qu'on la doit.
C'est pour ça qu'il a eu la légion d'honneur ?
Oui. Et grâce à cette prouesse et la renommée qu'il en tire, ça lui donnera assez de poids au sein des Chemins de Fer du Nord pour imposer ses conceptions sociales.
Derrière la borne, c'est une maison d'époque non ?
Oui. Et derrière nous aussi, c'est des pavillons de Dautry.
Ils sont pas pareils du tout ?
Pas du tout non. Dautry avait multiplié les styles. Jusqu'à une centaine. Pour casser au maximum la monotonie. Si tu regardes bien en te baladant tu verras des toits normands ou basques ou flamands.
On est loin du lotissement sans style.
C'est sûr. Imagine 26 kilomètres de rues bordées de pavillons avec des couleurs différentes. C'était très gai. 4 pièces pour la maison type. 5 ou 6 pour les familles nombreuses. Avec l'eau, l'électricité et le tout à l'égout. Un confort inimaginable pour l'époque, même dans les quartiers riches.
Et pour couronner le tout : un jardin.
Oui. 500 m2 de jardin. Pas mal hein ? Sans mur. Ni clôture. Un poulailler-clapier pour chaque famille et deux arbres fruitiers différents donnés par la Cité.
Pour rappeler les origines paysannes des cheminots ?
Tu crois pas si bien dire. Dautry voulait faire des agents et de leurs familles des populations mi-industrielles, mi-rurales. " Pour leur conserver les anciennes vertus du paysan français ", comme il disait. En plus, c'était un bon moyen de s'occuper et de se faire un petit supplément. Ici la vie était basée sur l'échange, échange des connaissances, échanges des compétences.
Mais dis moi, ça a des petits airs d'utopie tout ça !
Pas du tout petite, je sais ce que je dis : je l'ai vécu et vu de mes yeux vu.
Retour haut de page