Dautry, l'urbanisme a visage humain >

La passerelle

Version mobile
English Deutsch

La passerelle

Un panorama idéal sur l'importance du rail à Tergnier

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La passerelle
J'ai toujours aimé cette passerelle. Je la trouve carrément impressionnante. On domine toutes les voies...toutes les installations ferroviaires.
Oui. Là bas au loin ce sont les 4 voies de circulation. Là les voies de triage. Et juste à côté de nous, les ateliers d'entretien et de réparation. C'est le panorama idéal. 400 mètres pour comprendre d'un seul coup d'oeil l'importance du rail à Tergnier. Chaque jour ici, on triait jusqu'à 2000 wagons. On assemblait une cinquantaine de trains.
Et puis l'activité a baissé...
 Ouais. Depuis la fin des années 2000, le triage a été suspendu mais le rail continue tout de même d'employer 800 personnes sur Tergnier.
Tout le monde a un cheminot dans la famille.
Ne plaisante pas. On dit qu'une famille ternoise sur quatre est directement reliée au chemin de fer. Mon père et le père de mon père étaient cheminots tu le sais bien.
Eux ils ont connu les destructions allemandes en 14.
Bien sûr. A la fin de la première guerre, quand les alliés libèrent Tergnier le 7 septembre 1918, il ne reste que 3 maisons debout en tout et pour tout. Comme partout ailleurs sur le réseau des chemins de fer du nord, les allemands ont systématiquement tout détruit et dynamité. C'était la politique de la terre brûlée. Pour créer la fameuse ligne Hindenburg, la ligne de repli. Le réseau était complètement anéanti dès 1917.
J'imagine qu'il fallait le rétablir au plus vite.
Oui. En plus de reloger les 60 000 cheminots de la compagnie du nord qui sont sans toit ou s'entassent dans des baraquements et même dans de simples wagons.
Et c'est là que Raoul Dautry entre en scène.
Comme tu l'as peut-être lu, Dautry a fait polytechnique. En 1903 il entre aux chemins de fer du nord. Après la Grande Guerre, c'est à lui que la compagnie confie la difficile mission de reloger son personnel sans attendre la reconstruction des villes par les pouvoirs publics. Il va construire en 10 ans près de 11 000 logements dans une trentaine de cités jardins. Tergnier est la première. Et le modèle du genre. Elle sera visitée par un nombre incroyable d'officiels. Mais surtout son plan et son architecture reflètent de la pensée sociale de Dautry et sa vision novatrice de l'urbanisme. Viens je vais te montrer ça de plus près.
Retour haut de page