Suèvres - Cour-sur-Loire >

Moulin de Rochechouard

Version mobile
Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail

Meunier, tu ne dormais pas beaucoup !

Comme le raconte la comptine, le meunier devait veiller nuit et jour sur son instrument de travail. Au moulin de Rochechouard, on découvre ce qu'était le quotidien de ces hommes à part, qui mariaient leurs enfants entre eux et se transmettaient les moulins de génération en génération.

En voilà un qui ne prenait pas beaucoup de vacances !
Le meunier du moulin de Rochechouard, comme la grande majorité de ses collègues, menait une vie attachée à son instrument de travail. Le pain, à la grande époque des moulins, était
Suèvres compte encore aujourd'hui 15 moulins à eau dont quelques-uns en excellent état ! Pas mal pour une commune de 1500 habitants !
l'aliment de base de tous les villageois. L'arrêt d'un moulin pouvait vite devenir un drame, au même titre que l'incapacité du boulanger !
On devenait souvent meunier de père en fils. Il faut dire qu'il fallait une sacrée formation pour faire fonctionner ces grosses machines à eau qui nécessitaient une grande attention de nuit comme de jour. Le meunier devait surveiller les variations du cours de la rivière pour que la roue fonctionne convenablement, entretenir les engrenages et les préserver des incendies dus aux nombreux frottements. Et ce n'est pas tout! Pour que l'eau entraîne correctement la roue, le meunier devait également curer la rivière et entretenir les berges.
Cette vie explique sans doute le fait que les meuniers se retrouvaient et se mariaient plus facilement entre fils et filles de meuniers. A Suèvres, ils devaient être nombreux puisque la commune a compté jusqu'à 18 moulins !

Rencontre avec...

Juliette, jeune habitante de Suèvres, raconte : " J'ai bien connu Faustin, le dernier meunier de ce moulin. Quand j'étais petite, on l'entendait passer avec sa brouette et son gros sac de blé. Il dormait au moulin qu'il faisait fonctionner pendant la nuit. "

Le chiffre / La date

1393 : c'est date de construction du Moulin de Rochechouard, qui n'a pas broyé que des céréales au cours de sa longue vie.
Florence Maître


Voilà un endroit où vous ne croiserez pas beaucoup de touristes ! Vous entrez dans un village où le patrimoine n'a pas été transformé pour le visiteur. Il se révèle au curieux qui marche au hasard des ruelles verdoyantes en ouvrant bien grand ses yeux.

Version mobile
Retour haut de page

Photo de droite : Moulin de Rochechouard
Zevisit