Suèvres - Cour-sur-Loire >

L'église Saint-Lubin

Version mobile

L'église Saint-Lubin

Un très vieux village

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant l'église Saint-Lubin.
Cette petite église romane aux proportions harmonieuses a des allures de chapelle.
Il n'en reste qu'une partie, qui date majoritairement du 11ème siècle malgré quelques remaniements aux 12ème et 16ème.
La nef principale qui se trouvait à votre gauche, a été détruite.
Saint-Lubin se trouve sur un lieu de culte très ancien. Lors des remaniements de l'édifice, on a retrouvé des vestiges gallo-romains correspondant aux bases d'un ancien temple dédié à Apollon, dieu du Soleil, de la musique, de la poésie et des sources.
Deux des pierres de ce temple, gravées en latin, sont d'ailleurs incrustées dans un mur de la sacristie, à l'intérieur de l'église.
Mais savez-vous d'où peut bien venir le nom de Suèvres ?
Avez-vous une idée ?
Il est également très ancien.
Selon une première hypothèse, il serait né du ligure ou de l'ibère Sotobriga. Obriga signifiant tertre fortifié.
Il aurait ensuite évolué vers Sodobrium, Soubrium et Suèvres.
Il pourrait aussi venir du mot latin Brium qui signifie pont. Ce ne serait pas étonnant dans un village où passent six cours d'eau !
Enfin, troisième hypothèse, ce nom pourrait être né de l'adjectif super, devenu Sobra puis Soeuvre en ancien français et enfin... Suèvres.
Et les habitants ? Comment les nommer ?
Pas les Suèvriens ! Ni les Suèvrois...
Ce sont les So-do-bri-ens.
Revenons un instant à l'église Saint-Lubin, exceptionnellement ouverte au public pour certaines manifestations religieuses ou culturelles.
Elle appartient aux propriétaires du château des Forges, tout proche. Vous verrez sa grosse tour hexagonale en prenant la rue Saint-Lubin, située un peu plus bas à droite en quittant l'église.
Construit à la fin du 15ème siècle, il doit son nom aux anciennes forges qu'il a remplacées.
Il existe encore six châteaux à Suèvres, bâtis entre les 16ème et 18ème siècles, preuve que cette contrée verdoyante plaisait à la noblesse rurale et aux riches bourgeois.
Allons faire un tour du les bords de la Loire du côté de Cour-sur-Loire, plus précisément au hameau du Vivier.
Retour haut de page