Suèvres - Cour-sur-Loire >

Cour-sur-Loire - Le Vivier

Version mobile

Cour-sur-Loire - Le Vivier

Des bords de Loire animés

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes sur le quai de Loire, devant le repère de crues situé au numéro 5.
Il indique les trois crues les plus importantes jamais connues dans le Val de Loire. Essayez d'imaginer à quoi ressemblait le paysage en 1856... Tout était sous l'eau !
Les gens qui vivaient ici au milieu du 19ème siècle ont sans doute connu trois périodes difficiles, en 46, 56 et 66.

Il y avait un port au Vivier comme l'atteste l'une des trois descentes empierrées qui se trouve juste en face du repère.
6a-Nicole Fiot
Ce sont des vestiges du port où les mariniers accostaient les bateaux et remontaient les marchandises donc il y avait tout un trafic qui se faisait jusqu'à la création du chemin de fer dans les années 1830-1840.
Nicole Fiot est la présidente du syndicat d'initiative de Suèvres et Cour-sur-Loire.
6b-Nicole Fiot
Il faut imaginer une Loire beaucoup plus animée avec des bateaux, ce qu'on appelait des fûtreaux, des gens, les bâteliers qui déchargeaient ou chargeaient les choses à emmener soit à Orléans soit vers Nantes. Lorsque vous aviez un accident dans la Loire, il y en avait de nombreux, le notaire venait sur place et enregistrait tout ce qu'il y avait dans le bateau. Ça pouvait aller du vin, quelques fois des ardoises, des pierres, toutes sortes de choses.
Les accidents étaient nombreux car naviguer sur la Loire n'était pas et n'est toujours pas chose facile.

6c-Nicole Fiot
Aux périodes d'étiage, il y a des bancs de sable qui se créent. En hiver, ils sont recouverts donc il faut absolument bien connaître la Loire, avoir une très bonne connaissance des lieux. C'était la maîtrise des mariniers, des gens très durs à la tâche. Le long de ces quais, il faut imaginer quelques auberges où ils descendaient et faisaient la fête. Lorsqu'ils partent travailler, c'est pour un ou deux mois. Ils font la descente ou la remontée de la Loire et après évidemment, ils font la fête. C'est quand un milieu assez dur.
La Tronne qui coule à vos pieds, rejoint ici la Loire et servait autrefois de gare à bateaux ou d'abri en cas de crue.
Le Vivier, nom du port et aujourd'hui nom du lieu-dit, rappelle que la pêche était ici une activité importante et suppose que des viviers, dans les bateaux même, permettaient de conserver le poisson.
En remontant les quais vers le centre du hameau, vous pourrez faire une halte sous le toit du lavoir du Vivier, sur une charmante petite place.
Poursuivez votre promenade sur les bords de Loire pour rejoindre le bourg de Cour-sur-Loire, où se trouvent l'église et le château.
Retour haut de page