Canal de Brest à Nantes - de Blain à Nantes >

Blain

Version mobile

Blain

Blain : Au pied du château,Transitent chaux, bois et sabots.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Blain : Au pied du château,
Transitent chaux, bois et sabots.
Au moment où l'Aurore arrive à Blain, en 1895, les sabotiers de Gâvre n'expédient plus leurs chausses par voie d'eau. Les 160 000 paires de sabots que la plus grande forêt bretonne envoie chaque année vers la Louisiane et le Canada transitent désormais par la nouvelle ligne de chemin de fer ; avec le sel de Guérande et les passagers, charmés par ce " cheval de fer " qui les mène jusqu'à Hendaye. Pierrick s'amuse :
Ils ne manqueront pas de chaussures, en Amérique !
Non... Et nous, nous ne manquerons pas de chaussettes !

Comme sa mère, la jeune marinière sait travailler en marchant. Tout en guidant la jument, elle tricote bonnets et chaussettes.
Après avoir déposé à Blain le sable de Loire ou, le guano du Chili débarqué à Nantes par les Cap Horniers, les mariniers repartent avec du bois. Pour que le trajet soit rentable, ils arriment en pontée : les bateaux passent à peine sous les ponts. Le mousse s'étonne en voyant les montagnes de tronc sur le quai et demande à un bûcheron :
Il y a encore des arbres dans votre forêt ?
Oui ! On fait attention de ne pas en couper trop ! Tu verrais petit, les chênes qu'il y au Gâvre... des seigneurs !
Yann se mêle à la conversation :
Le chêne au Duc est toujours debout ?
Oui ! On raconte même qu'il parle aux gens s'endormant sous ses branches...
Pourquoi le " Chêne au Duc " ?
Parce que Conan, un Duc de Bretagne, y avait dormi il y a très longtemps. Le corbeau magique qui nichait là lui a répété toute la nuit où se cachait l'armée ennemie. Le matin, il l'a trouvée et le pays a été sauvé. Allez le saluer, il a plus de mille ans...
Pas le temps...
Passez voir le château, alors ! Il est en ruines mais c'est un peu grâce à lui que vous naviguez sur le canal !
Ha !?
Les prisonniers espagnols qui l'ont creusé, votre canal, ils logeaient là. Pas longtemps remarquez ! Les gens de Blain n'étaient pas contents après eux : Gratis, ils travaillaient !
Gratis, mais forcés...
N'empêche, ils ont été mis dans un camp, à La Jarriais.
La phrase du bonhomme se perd dans les bruits du chargement. Ann demande :
On peut aller voir le château ?
Allez, mais vite... Je veux passer " Bout de Bois " avant la nuit !
Aussitôt, les enfants filent vers le château de la Groulais. L'ancienne capitale des Namnètes, devenue une cité gallo-romaine, était déjà à la croisée des principales routes d'Armorique quand les Ducs de Bretagne y établirent leurs quartiers, XIème siècle. Ann et Pierrick découvrent, bouche bée les trois enceintes fortifiées.
Puis l'Aurore file vers Bout de Bois, l'un des trois endroits du canal où les hommes durent creuser la colline pour relier deux bassins versants. Il s'est agit ici de raccorder l'Isac et l'Erdre. Une saignée de 8 kilomètres, large de 44 mètres fut nécessaire, alimentée par une rigole de 22 kilomètres.
L'équipage retient son souffle en traversant ce bief de partage, le dernier avant Nantes, et l'arrivée...
Retour haut de page