La Sologne des étangs à vélo >

Pâtis des boulots

Version mobile
English Deutsch

Pâtis des boulots

Une histoire de braconnage

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le Pâtis des boulots
Nous sommes au lieu-dit " Pâtis des boulots ". Pâtis, cela signifie petite pâture. Vous le voyez, nous sommes près d'une exploitation agricole.
Ici, on élève des chèvres et on fait du fromage. Il y a 2 élevages aux alentours et tous les deux peuvent être visités.
Une ferme, un champ, la vue dégagée... C'est le genre de paysage qu'on ne voit pas beaucoup en Sologne.
Les Solognots apprécient plutôt la forêt... qui est peut-être moins déserte qu'il n'y paraît.
Il y a des cerfs, des sangliers, d'accord. Des cyclistes aussi.
... et des braconniers !
Le braconnage a toujours été un sport solognot et si c'était une discipline olympique, les Solognots auraient la médaille d'or, il n'y a pas de doute !
Pierre Aucante a écrit plusieurs livres sur sa région. Remontons avec lui au Moyen-âge, époque à laquelle le droit de chasse est réservé aux nobles... sauf en Sologne.
En 1288, la comtesse Jeanne de Châtillon concède aux paysans des environs de Millançay une charte de liberté absolument incroyable. Elle leur donne le droit de chasse de jour et de nuit par tous moyens et tous engins.
C'est un acte qui marque profondément la culture solognote. 200 ans plus tard François 1er tente de remettre la main royale sur le gibier.
Dès son avènement, il établit des ordonnances sur le fait de chasse. Tout est tarifé. La chasse, c'est moi, les manants et même les seigneurs, vous n'avez droit à rien.
Les contrevenants sont punis du fouet, du bannissement ou de la mort.
Avec la Révolution, la chasse se démocratise. Et au 19ème siècle, la Sologne devient une terre de villégiature.
Le train amène de Paris des wagons entiers de chasseurs. Des bourgeois qui achètent de grandes propriétés sur lesquelles ils entendent bien pratiquer leur sport favori. Mais...
On a une population de paysans qui a des habitudes sans doute désastreuses pour les propriétaires et qui se comportent comme s'ils étaient chez eux. Je crois que le plaisir de la chasse est ancré dans les gènes des Solognots.
Pour faire face, les propriétaires embauchent des gardes privés qui peuvent dresser des procès-verbaux. Celui qui vous allez entendre est authentique. Un garde particulier y raconte comment il a surpris un dénommé Blondeau en flagrant délit.

Je me suis levé de mon embuscade et je lui ai dit " Ces collets vous occupent donc, Maître Blondeau ! ". Lui s'est retourné vers moi en disant : " Ma foi non, vous voyez que je suis en toilette et je vais à la messe à Villeny, je suis entré dans le bois pour faire mes besoins. "  Et il a déboutonné son pantalon et s'est mis en devoir de faire ses besoins.
Aujourd'hui, des affaires de braconnage moins cocasses sont encore régulièrement jugées devant les tribunaux de la région.
Si le sujet vous intrigue, vous trouverez des réponses à la maison du braconnage à Chaon.
Retour haut de page