La Sologne des étangs à vélo >

Lieu dit La Vigne

Version mobile
English Deutsch

Lieu dit La Vigne

Chevreuils et sangliers

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Lieu-dit la Vigne
Nous sommes devant le château de la Giraudière.
Il a été construit au 18ème siècle par la famille de la Giraudière, qui le possède encore aujourd'hui.
Plusieurs membres de cette famille ont marqué le village de Villeny, comme Berthereau qui en a été le maire pendant plus de 30 ans. Il a aussi été député et s'est beaucoup intéressé aux moyens d'améliorer l'agriculture, surtout en Sologne.
Les nobles de ce château, comme les autres grands propriétaires, appréciaient beaucoup la chasse. Eugène Sue écrit de la Sologne qu'elle est " la terre promise " des chasseurs.
Et on n'y chasse pas que le cerf.
Ça, c'est un chevreuil, un animal peu connu, qu'on confond souvent avec le petit du cerf.
C'est une espèce complètement différente du cerf même si c'est un cervidé comme le cerf élaphe.
Denis Debenest, technicien à la Fédération des chasseurs du Loir-et-Cher.
Ça pèse au maximum 25 à 30 kg. Le mâle s'appelle le brocard ; la femelle, la chevrette ; jusqu'à 6 mois on appelle le jeune un faon et après c'est un chevrillard.
On en compte entre 15 et 20 individus par hectare de bois ce qui peut sembler important mais c'est un solitaire qu'on ne croise pas facilement.
C'est un animal effectivement qui est très discret à part pendant la période où il va marquer son territoire, par exemple au printemps. La femelle, ça peut lui arriver d'aboyer mais ce sont effectivement des animaux très discrets, très nerveux mais qu'il est commun de voir en Sologne.
Obélix aurait sans doute été heureux dans les forêts solognotes du 21ème siècle !
Et oui, on peut croiser aussi des petites troupes de sangliers, souvent des femelles accompagnées de leurs petits. L'animal a mauvaise réputation mais il n'est pas dangereux.
On l'appelle la bête noire, sans doute à cause de sa couleur et parce qu'il cause beaucoup de dégâts. Les sangliers sont-ils trop nombreux en Sologne ? C'est ce que disent certains agriculteurs et la Fédération des chasseurs du Loir-et-Cher pour laquelle travaille Denis Debenest.
Concernant le chevreuil, le cerf et le daim, on a des plans de chasse c'est-à-dire un quota que les chasseurs doivent respecter. Concernant le sanglier, c'est différent, il n'y a pas de plan de chasse. Les chasseurs peuvent en tuer autant qu'ils veulent. Nous, on encourage aujourd'hui les chasseurs à prélever plus de sangliers pour limiter les risques de collisions routières, les risques sanitaires pour les animaux de rente présents dans les champs et en troisième point, les dégâts agricoles pour lesquels on doit régulièrement mettre la main au porte-monnaie pour indemniser les agriculteurs.
Chevreuil, cerf, sanglier... Si vous rencontrez l'un de ces animaux sauvages, même un petit, surtout laissez-le tranquille, ne le touchez pas, contentez-vous de l'observer.
Retour haut de page