La Sologne des étangs à vélo >

Les Braudières

Version mobile
English Deutsch

Les Braudières

La Sologne sèche

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les Braudières
Une vieille ferme un peu plus loin sur le chemin, quelques espaces en lisière de forêt et un croisement. Nous sommes au lieu-dit " les Braudières ", un nom qui raconte l'histoire de ce secteur.
Angélique Gouillon de Sologne Nature Environnement le décode pour nous.
Braudière en Sologne ça veut dire ferme ou hameau. En Sologne, il faut savoir qu'on a une agriculture pas forcément très développée à cause de la pauvreté des sols. A ce croisement, c'est intéressant de constater qu'on a des prairies.
C'est un milieu ouvert qui se fait rare en Sologne car la forêt grignote petit à petit du terrain. Ici, dans le sous-sol, on trouve plus de sable que d'argile ce qui ne permet pas de retenir l'eau. Les étangs sont donc moins nombreux. 
Mais par contre, on a du mouton solognot qui est une espèce du coin assez rustique.
Mouton qui nourrit la cour royale à Blois et Chambord au 16ème siècle.
Pour ça, on va faire une grosse déforestation pour que les moutons aient des pâtures. Ça va mettre une grosse pression sur la végétation, les moutons vont beaucoup pâturer. 
Après les guerres de religion et plusieurs épidémies de peste, la cour revient à Paris.
On a donc un milieu qui a été complètement déforesté. Comme la nature reprend ses droits, la première plante à s'installer, c'est la bruyère.
On parle alors de landes à bruyères. Au fil du temps, les arbres envahissent aussi progressivement ces paysages que vous reconnaitrez à la couleur rosée de la bruyère et aux troncs orange des pins sylvestres qui se satisfont de la pauvreté des sols. Naturellement, la bruyère laisse peu à peu la place aux arbres.
C'est ça aussi la Sologne, une alternance d'étangs et de terres sèches ! D'ailleurs, à La Marolle-en-Sologne, une commune toute proche, on entend souvent ce dicton : sec comme la croix de La Marolle !
Ici, on trouve des animaux un peu différents par rapport à ceux qui sont près des étangs et des forêts plus denses. Angélique Gouillon.
On est sur du sable, on a donc le lapin qui peut creuser des terriers et brouter les jeunes pousses de bruyère. Le climat est très chaud avec une température proche de la plage. Ceux qui adorent ça, ce sont les reptiles, serpents et lézards. On peut trouver la couleuvre et la fameuse vipère, dont tout le monde a peur mais si on tape très fort des pieds et surtout à vélo, on ne craint absolument rien.
Vous verrez aussi quelques oiseaux comme le faisan, certains busards ou encore le circaète Jean le Blanc avec son envergure d'un mètre 80. Ils sont tous très friands de reptiles !
Retour haut de page