La Sologne des étangs à vélo >

Le chêne des sorciers (Yvoy-le-Marron)

Version mobile
English Deutsch

Le chêne des sorciers (Yvoy-le-Marron)

Un chêne pluri-centenaire

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le chêne des sorciers
Nous sommes au croisement de route de Saint-Jean et de la route départementale 207. Trouverez-vous le chêne des sorciers ? C'est un arbre tout blanc, planté dans la prairie qui longe la route. On ne peut pas le rater !
Vous dites un arbre tout blanc ?? C'est étrange !
Ecoutez les explications de Pierre Aucante, photographe et solognot qui a écrit plusieurs livres sur sa région.
Ce chêne était magnifique au début du 20ème siècle. Il avait une très grande envergure et puis, il a dû dépérir. Pour le consolider, on a bétonné le tronc. Il est mort en 2001.
C'est donc pour ça qu'il est tout blanc !! On dirait un fantôme.
Et imaginez ce spectre en pleine nuit... Même quand le chêne était bien vert, les habitants n'y passaient qu'avec la gorge serrée. On chuchotait que les sorciers venaient ici faire le sabbat.
Je sais que le grand-père de ma femme qui était agriculteur à Yvoy-le-Marron faisait des farces dans le chêne. Les conscrits y montaient et avec un accordéon, faisaient une sorte de sabbat. Si quelqu'un venait à passer en vélo, il ne pouvait être que terrorisé.
Drôles de sorciers... On en avait donc peur ?
La légende dit que ces sorciers étaient d'humeur... changeante !
On raconte qu'un bossu passant près du chêne entendit les sorciers réciter : lundi, mardi, mercredi.
Pourquoi vous ne dites pas jeudi ? Demanda le bossu. Tu as raison dit un sorcier, pour cet acte, nous allons t'enlever ta bosse. Tout content, l'homme rentre au village et raconte son aventure à un 2ème bossu qui prend le même chemin. Lundi, mardi, mercredi, jeudi, chante le sorcier. Et pourquoi pas vendredi ? Demande le bossu. Là, un sorcier se fâche : pour ta peine, tu auras une deuxième bosse.
Pas trace de sorciers... mais le chêne est bien là...
Oui, les gens y restent attachés, même s'il se trouve aujourd'hui sur une propriété privée et qu'on ne peut plus l'approcher. On l'appelle encore chêne des sorciers ou chêne de Miberlan. Autrefois, il était au bord du chemin, mais le propriétaire a fait déplacer la route dans les années 50. Et puis, c'est un point géodésique !
Un point géodésique, c'est un repère sur les cartes pour l'IGN. Il est tellement ancien que son tronc constitue un point de repère. C'est mentionné par un petit triangle sur les cartes d'état major.
Avant de reprendre la route, faites un petit crochet jusqu'au château de Villebourgeon visible un peu plus loin sur la D207.
Il date du 17ème siècle, comme beaucoup de grandes demeures solognotes. C'est un beau château de briques qui se reflète dans l'étang tout proche. Et ça, c'est assez rare en Sologne !
Retour haut de page