La Sologne des étangs à vélo >

Digue des étangs de la Giraudière et de la Courtilière

Version mobile
English Deutsch

Digue des étangs de la Giraudière et de la Courtilière

Oiseaux des étangs et oiseaux des forêts

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La digue des étangs de la Giraudière et de la Courtilière
Nous sommes sur une digue entre deux étangs. Contrairement aux apparences, c'est la Giraudière, l'étang clôturé, qui est le plus grand des deux. On n'en voit ici qu'une petite partie.
Voilà un poste d'observation parfait pour guetter les oiseaux mais plutôt côté Courtilière.
Restez bien à l'ombre des arbres et regardez plutôt du côté de la roselière. Ce sont des plantes un peu plus basses que les arbres. C'est là que les oiseaux sont cachés parce que c'est à cet endroit qu'ils nidifient.
Angélique Gouillon connaît bien les cent-vingt espèces d'oiseaux qui peuplent les étangs de la région. Elle travaille pour l'association Sologne Nature Environnement.
Il y a un moment privilégié, c'est le matin parce que l'après-midi, comme nous, ils font la sieste ! Comme premier oiseau, le plus détectable, ça va être le héron cendré ou la grande aigrette qui est toute blanche, de la taille d'un héron. Vous avez aussi différents canards : le grèbe huppé qui est un canard plongeur avec des grosses joues rousses.
Ces oiseaux apprécient les eaux peu profondes des étangs qu'ils peuvent facilement fouiller de leur bec. Les uns, comme le héron pour attraper des poissons ; les autres, comme le canard colvert pour trouver dans la vase des graines, mollusques ou insectes.
Avec un peu de patience, vous verrez ces oiseaux sur la plupart des étangs de Sologne.
Elle aussi, vous risquez de l'entendre et si vous la voyez, vous ne pourrez pas la rater. La grenouille taureau peut peser jusqu'à 1 kilo ! Un vrai monstre qui mange... tout ! Et notamment les autres batraciens. En Sologne, où elle est apparue en 2002, on cherche tout simplement à l'éradiquer.
C'est un animal venu de Floride qu'on qualifie d'espèce invasive... C'est aussi le cas de la jussie.
C'est une petite fleur jaune qui recouvre entièrement l'étang. Le problème, c'est que l'étang ne reçoit plus de lumière, il est complètement asphyxié. Les gens veulent la cueillir pour la ramener dans leur mare, surtout ne le faites pas ! C'est la propagation de l'espèce assurée.
En reprenant votre vélo, vous entrerez dans un milieu très différent où vous croiserez d'autres espèces selon Angélique Gouillon. .
Un animal va s'installer là où il a de quoi se loger et de quoi se nourrir. En forêt, on va plutôt avoir, caractéristique de la Sologne, la bondrée apivore. C'est à peu près de la taille d'une buse, avec la tête plus petite et plus blanche en-dessous. Apivore, c'est parce qu'elle mange des guêpes et des abeilles.
En forêt, vous ne pourrez pas rater les fameux pics, noirs ou verts, qui tambourinent sur l'écorce des arbres.
Il tape pour deux raisons. Soit il cherche sa nourriture : des insectes sous l'écorce des arbres, il tape pour les déloger. La deuxième raison, c'est qu'il fait des loges, un trou pour faire son nid. Un pic en fait plusieurs. Le plus beau sera choisi par la femelle pour nidifier.
Si vous aimez les oiseaux, ne manquez pas l'observatoire de l'étang de Beaumont à Montrieux-en-Sologne. Il fait partie des étangs les plus grands et les plus remarquables de la région.
Retour haut de page