La Sologne des étangs à vélo >

Chaumont-sur-Tharonne

Version mobile
English Deutsch

Chaumont-sur-Tharonne

Vie d'un village en Sologne

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Chaumont-sur-Tharonne
Nous sommes devant l'église Saint-Etienne, près de l'avion.
Chaumont : calvus mons. Cela veut dire un mont chauve.
Janine Palacin est remontée loin dans l'histoire de son village.
C'était un emplacement extraordinaire parce que c'est sur une butte. De partout, on la voit. On dit que c'est le clocher qu'on voit de plus loin sur toutes les routes. Quand vous venez de la Ferté-Beauharnais, vous embrassez tout de suite le clocher ou le clocher vous embrasse !
Cette église date du 15ème siècle et la chapelle attenante du 16ème, avec des vitraux offerts par les cardeux.
Les cardeux ?
Ceux qui filaient la laine. L'un de ces vitraux représente Saint-Yves avec un mouton à ses pieds.
Et ils étaient riches à cette époque, les cardeux ?
Ils profitaient de la présence des rois de France à Blois. Louis XII, François 1er ou encore Henri II. Il fallait donc nourrir et habiller toute la cour !
Ça a duré longtemps?
Jusqu'aux guerres de religion qui dévastent le pays et font plonger toute l'économie. Le mouton solognot permet quand même aux paysans de survivre et on en voit de grands troupeaux jusqu'au 19ème siècle.
Au début du 20ème, 1500 personnes vivaient ici.
La vie était bien différente de ce qu'elle est aujourd'hui. Il n'y avait pas de télé, pas beaucoup de livres chez les gens modestes. Aux soirées d'été, on enjambait une clôture qui était 15cm au-dessus du sol, juste pour marquer la séparation et on allait passer les veillées ensemble.
Janine Palacin a écrit un livre sur ce Chaumont d'autrefois, celui de son enfance.

A l'époque, il y avait dans le village 4 forgerons, 3 sabotiers, 3 boulangers, huit épiciers et de nombreux cafés.
Un train, le petit Tacot reliait Chaumont aux villages des environs. Il n'allait pas à plus de 30km/h mais il débordait de marchandises le vendredi, jour de marché.
Et les légendes ? La Sologne est une terre de légendes !
On croyait beaucoup aux ensorcèlements. Ecoutez là-dessus un souvenir d'enfance de Janine Palacin.
Il y avait une mémé que j'ai bien connue dont les lapins étaient ensorcelés. Savez-vous ce qui s'est passé ? Elle est allée se plaindre au prêtre qui a dit qu'il fallait la désensorceler. Alors le curé est allé chez elle, avec l'enfant de choeur, l'encensoir, l'eau bénite, etc. Ils sont allés désensorceler les lapins. Et ce n'était pas un véritable sorcier, c'était son voisin qui les ensorcelait !
Il y avait vraiment une sorte de magicien à Chaumont : Louis Blériot, qui fabriquait ses propres avions ! Celui que vous avez sous les yeux rappelle qu'il a vécu ici peu de temps après sa légendaire traversée de la Manche en 1909.
Retour haut de page