Soissons Visite >

L'hôtel de ville

Version mobile
English Néerlandais

L'hôtel de ville

Un magnifique hôtel de style néo-classique, symbole du pouvoir de l'Ancien Régime

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'hôtel de ville
Bien avant d'être la demeure de monsieur le maire, ce luxueux bâtiment était la résidence de mÔnsieur l'Intendant.
Sous l'Ancien Régime, c'est le personnage le plus important de la ville, le représentant du roi dans la Province, soit plus de la moitié du département de l'Aisne et une partie de l'Oise et de la Seine et Marne. Il a en charge les affaires de police, de justice et de finances.
Au milieu du 18ème, Monsieur Le Pelletier de Mortefontaine, intendant de Soissons, s'estime un peu trop à l'étroit dans ses locaux ...dont se contente d'ailleurs fort bien aujourd'hui la sous-préfecture...
...surtout il les juge bien en dessous du faste de sa charge, et décide d'ériger un tout nouveau palais de l'intendance.
Et il ne choisit pas l'emplacement au hasard : rien de moins que le site de l'ancien château des comtes de Soissons, le siège du gouvernement militaire de la Province d'Ile de France sous Henri 4.
En 1771 on détruit donc le château des comtes pour élever le tout nouveau palais de l'intendance dont la construction prendra 3 ans.
Et à lieu de pouvoir, architecture de pouvoir. Denis Roland, membre de la société historique de Soissons
Oui tout a fait. Architecture de pouvoir. On est bien dans l'ordonnancement classique, la façade principale avec un fronton triangulaire. C'est ce qu'on voit dans tous les châteaux construits à cette époque là. Et puis une situation presque privilégiée dans la ville. La vue sur la rivière. Une vue dégagée. Évidemment on va accompagner ça d'une place devant qu'on va aménager. Donc tout ça contribue à donner une certaine prestance à ce bâtiment. Alors il y a eu beaucoup de vicissitudes dans la construction de ce palais de l'intendance puisque au départ ça ne devait pas coûter très cher et puis l'ardoise finale doit être trois fois plus élevée quelque chose comme ça. Il faut dire qu'il y a un certain faste et qu'on a quand même quelque chose qui est un mini palais.
L'ardoise finale...un peu trop salée donc... fera grincer les dents des Soissonais qui se garderont bien pourtant de le faire trop savoir...
...l'intendant tenait les cordons de la bourse, les gens craignaient que leurs protestations ne se changent en augmentation des impôts.
Les fonctions successives de l'ancien palais de l'intendance
L'intendance disparaît bien évidemment à la Révolution.
Mais avant d'accueillir la mairie, le fastueux palais de Le Pelletier de Mortefontaine va occuper plusieurs fonctions, parfois bien éloignées de sa vocation originelle de lieu de pouvoir :
" On l'envisage pour être l'hôtel du Département mais " Karine Jagielski, responsable du service de l'architecture et du patrimoine " il a quand même été géré par un représentant de la monarchie donc ça n'était pas très judicieux de faire ce choix. Donc on y a installé une école, une école de district, une sorte de lycée si vous voulez où on enseignait les lettres, les arts, les sciences. Et puis au début du 19ème siècle, Napoléon Bonaparte crée les lycées donc automatiquement cette nouvelle mission va encore échapper au palais de l'intendance. Et donc petit à petit on va y mettre les services de la sous-préfecture, le musée, le service des pompes et incendie, quelques autres sièges administratifs, l'harmonie municipale etc... Donc tout ces services vont occuper, soit ensemble soit successivement, les nombreuses salles de ce bâtiment et il faudra attendre le milieu du 19ème siècle pour que enfin la ville puisse acquérir la totalité de ce bâtiment et s'y installer ".
Retour haut de page