Durance : sources remarquables >

Avignon, île de la Barthelasse

Version mobile

Avignon, île de la Barthelasse

Avignon où la Durance et le Rhône se rencontrent

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Avignon...c'est là que la Durance finit sa course...plus de 300 km parcourus des Hautes-Alpes à la Provence, du Mont-Chenaillet au Rhône.
Avignon où fleuve et rivière se rejoignent pour ne faire qu'un ...une rencontre souvent douce, parfois tumulteuse, quand les pluies les font sortir de leur lit...
Avignon a vécu et vit toujours au rythme des crues et inondations...première victime, l'ile de la Barthelasse, située à l'ouest d'Avignon, coincée entre le petit et le grand bras du Rhône...
Viviane Souchère a grandi sur l'ile, au bord du Rhône
ITW : Mon grand-père me baignait dans le Rhône. A l'époque il n'y avait pas de salle-de bain, on nous baignait dans le Rhône et on nous disait toujours " ne bouge pas " parce qu'il y avait des tourbillons, des trous. Il fallait rester là où l'on nous posait. Donc tout jeune, on a été habitué à être en relation avec le Rhône mais un Rhône quand même dangereux...mais il y a toujours eu un respect pour les riverains.
Un Rhône un peu capricieux qui s'invite parfois dans les maisons le temps d'une crue...surtout lorsque la Durance s'en mêle...
ITW : La Durance étant en crue fait un bouchon à la sortie d'Avignon et fait remonter le Rhône sur Avignon. Les crues les plus dangereuses, c'est quand la Durance est en crue.
Viviane qui habite et possède un restaurant au bord du fleuve a eu plus d'une fois les pieds dans l'eau...Habituée aux inondations, elle reste pourtant marquée par la dernière crue, celle de 2003, l'une des plus importantes jamais enregistrée...

ITW : Ca a été la crue la plus importante que nous avons vécue. Parce qu'il est monté très très haut. On avait les hélicos qui tournaient, il n'y avait plus de bruit, ça faisait comme une chape de plomb. A un moment donné, j'ai entendu les meubles qui tapaient sur les murs, avec des bruits sourds, et j'ai su que tout était tombé, que c'était très haut et qu'il n'y avait plus rien à faire. On ne voyait que de l'eau, que de l'eau, que de l'eau...j'avoue que c'était angoissant à la fin.
De crues en inondations, les barthelassiens ont fini par vivre avec les caprices du Rhône...A plusieurs reprises, Viviane a vu son restaurant envahi par l'eau, sali par la boue...découragée mais loin d'être résignée, elle a retroussé ses manches et rouvert son établissement...Viviane sait que la vie au bord du Rhône n'est jamais un long fleuve tranquille...
ITW : Je crois que c'est un voisin un peu turbulent, il faut faire avec. Il faut en accepter les avantages, nous en avons beaucoup, et les inconvénients. C'est ce paysage, c'est vivant. Je reconnais que quand je pars quelque part, je cherche de l'eau, parce que je suis habituée à l'eau. C'est vrai que les inconvénients, à part les inondations, il n'y en a pas tellement.
Retour haut de page