Sens >

La rue de l'Epée

Version mobile
English Deutsch

La rue de l'Epée

La rue de l'Epée évoque un autre aspect de la ville de Sens, celui d'une cité royale où vivent de nombreux officiers qui rendent la justice ou perçoivent les impôts au nom du roi de France.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes face au n? 38 de la rue de l'Epée.
La rue de l'Epée évoque un autre aspect de la ville de Sens, celui d'une cité royale où vivent de nombreux officiers qui rendent la justice ou perçoivent les impôts au nom du roi de France. Ces magistrats richissimes font construire de nombreux hôtels particuliers ornés d'impressionnantes portes cochères comme celle de la Maison de la Grosse Pierre au n? 38. Regardez, ce magnifique portail a gardé son bel heurtoir !
Avançons à présent jusqu'au n? 34.
Son propriétaire ? Pierre-Louis Hybon de Bagny. Receveur des aides de l'élection de Sens.. ... Autrement dit, les impôts indirects de l'Ancien régime. Il fait construire cet hôtel particulier aux alentours de 1772, peu de temps après la mort du roi Louis 15. Et pour plus de commodité, il fait l'acquisition de l'immeuble voisin au n? 36 pour installer les bureaux de son administration. L'alternance pierre/brique des deux portails que vous ne pouvez pas manquer est caractéristique des constructions sénonaises ... autrement dit locales, de cette époque !
Filons à droite sur le trottoir d'en face et arrêtons-nous devant le n? 25
C'est l'ancien hôtel de Louis-Clément Bonaventure Jodrillat ! Ce lieutenant-général du baillage de Sens oe en d'autres termes, le président du tribunal de grande instance ! oe dirige les opérations des élections des députés aux Etats Généraux en 1789. Il participe aussi à la rédaction des cahiers de doléances pour la région de Sens. Mais chut ! Ecoutons-le. Il est dans la grande salle du palais royal du Baillage de Sens devenu aujourd'hui la salle des pas perdus du palais de justice. Jodrillat prononce le discours d'ouverture :
Louis-Clément Bonaventure Jodrillat (discours passionné) : Le Roi veut que vous jouissiez dans cette assemblée de la liberté la plus entière et les seuls ordres particuliers qu'il ait donnés à cet égard sont qu'on y évite avec soin tout ce qui pourrait présenter l'apparence de la contrainte, de la gêne et même de l'influence !
Avançons encore un peu plus bas jusqu'au n? 22
Vous voyez la porte ?... Elle date du 16e siècle. Au temps du Roi Soleil, ce bâtiment est la propriété d'Elisabeth Alexandrine de Bourbon Condé : Mademoiselle de Sens. C'est pour elle que François Couperin, le célèbre organiste de la Chapelle du Roi et musicien de la Chambre de sa Majesté, compose une pièce musicale : La Princesse de Sens !
Retour haut de page