Sens >

La Grande Rue

Version mobile
English Deutsch

La Grande Rue

La Grande Rue est l'une des artères les plus vivantes de Sens depuis des siècles.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes face au n? 96 de la Grande rue
La Grande Rue, l'une des artères les plus vivantes de Sens depuis des siècles était peut-être sous l'ère romaine le Décumanus Maximus, c'est-à-dire le grand axe ouest !
Au Moyen Age, elle devient la Magna Rua ! Principale rue commerçante de la ville, bordée de nombreux commerces.
Encore aujourd'hui, elle nous montre les pignons de toutes ses maisons à pans de bois du 16e siècle ornées d'enseignes maintenant disparues. On essaye de les imaginer ?...
Regardons la façade du n? 96
Ici, c'est L'Ostel du Compasseur. Une appellation qui évoque le personnage qui traçait avec un compas, les pierres destinées à construire un édifice !
Plus loin, aux numéros 103 et 105, 2 maisons dont le grand pignon est commun. Vous y êtes ?
C'est ici que loge en septembre 1792, lors des élections à la Convention, le fameux Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau. Quelques mois plus tard, il sera assassiné à Paris pour avoir voté la mort de Louis 16 !
Avançons encore jusqu'au n?123. Bienvenue au Bachot d'Argent !
Cette demeure a appartenu à Pierre Bachot, cordonnier de son état en 1573. Il avait accroché devant sa boutique son enseigne qui représentait un bachot, c'est-à-dire un bateau !... peint en argent !
Le presbytère de Sainte Croix au n? 124 nous attend en face.
Certaines des maisons de la Grande rue ont repris leurs couleurs d'antan. C'est le cas de ce presbytère bleuté qui fait partie de l'une des 17 paroisses de Sens sous l'Ancien Régime ! Et aussi la Maison des Ursulines au n?114, sur votre droite. Vous ne pouvez pas la manquer : elle est toute rouge !
Un peu plus loin, nous voyons le n? 130
C'est le logis de l'orfèvre Isaac Balduc, renommé pour ses timbales en argent !
Redescendons jusqu'à l'intersection de la grande rue et de la rue Etienne Mimard
C'est l'ancienne rue des Bourses. On y vendait des bourses, l'ancêtre de notre porte-monnaie ! On la nommait aussi la rue Monte à Regret car elle était empruntée par les condamnés à mort. Les malheureux finissaient leur marche sur le parvis de la cathédrale où se dressait le pilori commun aux justices du roi et de l'archevêque !
La rue Etienne Mimard nous entraîne vers le marché couvert qui montre un bel exemple de l'architecture métallique du 19e siècle.
Mais écoutez...qu'est-ce qu'on fête là-bas ?
Un Sénonais : Vive la République ! Vive le feu d'artifice !
C'est lors des festivités organisées pour le 14 juillet 1882 que le marché a été inauguré avec le théâtre. L'engagement républicain de la municipalité a été également glorifié dans l'hôtel de ville inauguré en 1904 ... en chanson !
Un Sénonais chante : Nous avons un chouett' monument,
C'est notre hôtel de Ville,
Y'en a pas de plus épatant
Dans Paris la grand'Ville.
Y'a des esculptures !
C'est plus beau qu'nature,
C'est tout en pierre de taille !
Devant comme derrière
C'est d'la très belle pierre,
C'est plus beau qu'à Versailles (bis)
Et comme par Magie, nous revoici devant la cathédrale de Sens
Retour haut de page