Sens >

La cathédrale

Version mobile
English Deutsch

La cathédrale

La cathédrale de Sens témoigne du glorieux passé de la ville située aux portes de la Bourgogne.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant la cathédrale, à côté de la borne du patrimoine.
La cathédrale de Sens témoigne du glorieux passé de la ville située aux portes de la Bourgogne. Son histoire se mêle à celle du royaume de France et son influence rayonne au Moyen Age, dans toute la Chrétienté. Devant cette façade viennent alors s'incliner les évêques de Chartres, Auxerre, Meaux, Paris, Orléans, Nevers et Troyes. Il faut imaginer que, Sens, avant que Paris soit élevée au rang d'archevêché en 1622, est d'un point de vue religieux plus importante que la capitale.
Au 12e siècle, le secrétaire particulier de Saint Thomas Becket alors en exil, découvre les lieux :
Le secrétaire (en train d'écrire)-: Nous choisîmes, entre les résidences dépendant du domaine royal, la belle cité de Sens (...) abondante qu'elle est en froment, vin et huile, environnée de forêts et agrémentée de belles prairies. Les sources y jaillissent, les rivières y coulent avec abondance et le calme de l'automne y amène d'abondantes récoltes de tous les fruits du sol. Mais nous fûmes attirés surtout par le caractère des Sénonais. Ce qui nous fut plus sensible encore que les agréments de la cité, c'était les moeurs cultivés et l'urbanité du clergé et des habitants.
La cathédrale de Sens est la première des grandes cathédrales gothiques. Sa construction débute vers 1130, et elle sert de modèle aux cathédrales de Paris, Chartres, Bourges, et bien d'autres encore.
Regardons à présent la gauche de sa façade. Vous voyez la Tour de Plomb ? Elle date de la fin du 12e siècle. Elle doit son nom à un beffroi enlevé au 19e siècle et qui était couvert de plomb.
En bas à gauche, c'est le portail Saint-Jean Baptiste et au centre, le portail Saint-Etienne, patron de la cathédrale. Imaginez ! Sa statue située entre les deux portes s'anime :
Saint-Etienne (jovial et farceur) : Chers amis, mon portail, bien que meurtri à la Révolution française, montre encore de belles traces de la statuaire gothique. Savez-vous pourquoi ma statue a été épargnée? Parce quelqu'un a eu la bonne idée de me coiffer d'un bonnet phrygien ! Comme ceux des révolutionnaires... (rire sous cape)
Sur votre droite, c'est le portail dédié à Notre-Dame.
Levez maintenant les yeux sur la Tour de Pierre qui s'est effondrée en 1268, puis fut reconstruite. Elle est couronnée par un clocher de style gothique flamboyant et son élégant campanile date de la Renaissance.
N'hésitez pas à pénétrer dans la cathédrale. Découvrez ses voûtes avec croisées d'ogive et ses vitraux qui retracent l'histoire de cet art décoratif du 12e au 19e siècle.
Amusez-vous aussi à chercher Jean du Cognot. Un indice ?... Sa tête est coincée entre deux colonnes ! Son vrai nom était Pierre de Cugnières. Ecoutez cette complainte d'Aristide Bruand, ancien élève du Lycée de Sens et chansonnier au Chat noir, le célèbre cabaret parisien
Or, sous Philipe de Valois,
L'intègre Pierre de Cugnières,
Avocat, défenseur des lois
Et des coutumes séculières,
Au nom du roi s'est insurgé
Contre les princes du clergé.
Et c'est pour tout cela
Que ce bon bougre-là,
Ce bon bougre de pierre,
De Pierre de Cugnières,
Bien qu'il fut doux comme agneau
Est devenu Jean du Cognot
Gloria Domino !
C'est l'archevêque de Sens, le futur pape d'Avignon Clément 6, qui aurait puni Jean du Cognot en le mettant... au coin !
Retour haut de page