Chili: un festival de sensations, d'ambiances et de paysages >

Le Cap Horn

Version mobile

Le Cap Horn

Il se mérite ce Cap Horn !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Il se mérite ce Cap Horn ! Depuis des siècles, les hommes ont bravé les vents des 50e hurlants pour pouvoir passer le rocher légendaire. La tradition veut qu' une fois revenu, on se fasse percer l'oreille. On dit même que les Cap-Horniers sont les seuls à pouvoir ''pisser contre le vent'... C'est la tradition !
Aujourd'hui depuis Ushuaïa ou Punta Arenas, les bateaux embarquent des passagers, direction le rocher chilien. Au retour, une escale s'impose à Puerto Williams pour aller boire un verre de pisco sour, et palabrer sur les navigations d'hier et d'aujourd'hui...
Commentaire
Il en fait rêver plus d'un, ce fameux cap ! Venus du monde entier, plus d'un marin est venu s'y frotter. Et certains s'y sont piqués... Respect et fascination : deux mots pour définir ce gros rocher, découvert en 1616 par les hollandais Shouten et Le Maire.
Au sud du continent américain, il a longtemps été le seul point de passage entre Atlantique et Pacifique, avant l'ouverture du canal de Panama en 1914. Mais un passage périlleux, qui barbotte dans les eaux des 50e hurlants. Là où les éléments se déchaînent : tempêtes, vagues, rafales de vent jonglant entre 30 et 100km/h. Et quelques icebergs, qui ne sont jamais loin...
C'est qu'il se mérite, ce Cap !
Heureusement quelques mois dans l'année, lors de l'été austral, Neptune fait le dos rond. C'est le moment que choisissent les navigateurs chevronnés pour se lancer à l'assaut du gros cailloux.
Depuis le petit port de Puerto Williams, des milliers de voyageurs larguent chaque année les amarres pour aller toucher du bout du doigt le rocher mythique.
Pour les marins d'eau douce qui veulent garder les pieds au secs, de gros navires de croisière partent d'Ushuaïa ou de Punta Arenas, le temps d'un aller-retour.
Gonzalo, lui, n'a pas peur de se mouiller les orteils. Il a gonflé les voiles et s'est rendu au Cap Horn à sa manière...
ITV
Ensuite, retournez tranquillement à Puerto Williams, point de départ et d'arrivée des cap-horniers. Accoudé au bar du Micalvi, jeunes apprentis et vieux loups de mer racontent leurs aventures maritimes, un verre de pisco sour à la main.
Regardez-bien leurs oreilles : certaines sont ornées d'une boucle. C'est le signe de reconnaissance des cap-horniers. Car naviguer au large du rocher est comme un rite symbolique dans une vie de marins. Il ouvre même droit à certains privilèges dont celui, comme le dit le dicton de ''pisser contre le vent'' ! Mais quelquechose nous dit que peu de navigateurs ont tenté l'expérience qui s'avère, finalement, aussi périlleuse que passer le Cap Horn ...!
MUSIQUE
Artiste : Les Cap-Horniers (groupe de chants de marins, Quimper)
Retour haut de page