Saintes et la Vallée du Coran >

Abbaye de Fontdouce

Version mobile
English

Abbaye de Fontdouce

Une salle capitulaire d'une taille exceptionnelle.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant l'abbaye de Fontdouce , à Saint Bris des Bois. Approchez-vous du grillage principal pour observer l'édifice.
Ne vous fiez pas aux apparences. Derrière la sobre façade de cette maison de maître se cachent des bijoux architecturaux. Et notamment une salle capitulaire d'une taille exceptionnelle.
Depuis 40 ans, l'Abbaye livre peu à peu ses secrets à la famille Boutinet , qui la possède depuis 1820 !
" Thibaud Boutinet , je suis donc le fils d'un des deux propriétaires qui sont deux frères : Gérard et Jean-Pierre Boutinet . Suite à des partages qui avaient été réalisés par mon grand-père, l'ensemble intéressant, sur le plan historique et architectural, de Fontdouce a été dégagé de l'activité agricole et du coup, a pu commencer à être fouillé. Et, en 1970, devant la maison d'habitation de mes grands-parents, vraiment par hasard, a été mise à jour une arcade, le haut d'une arcade. Devant la maison, sous la terrasse, se trouvait une immense salle et donc cette découverte, en 1970, a donné envie à mon père et à mon oncle de prolonger les fouilles dans l'ensemble du site. "
Est-ce qu'on a une idée de ce qu'il y a sous terre ?
" Ce qu'il reste à découvrir sous terre, on ne le sait pas bien sûr précisément, mais on sait qu'il y a encore des découvertes à faire effectivement. Du côté du second monastère, il y a des choses à faire du côté du cloître et de ce qui était le réfectoire. J'ai grandi avec ces fouilles. Chaque été je venais ici, c'était toujours des découvertes et c'est ce qui me donne envie aujourd'hui de continuer à animer ce site pour faire en sorte qu'on y organise des concerts, qu'on le fasse vivre, qu'on pérennise son activité. "
Pour bien comprendre, un retour au Moyen-Âge s'impose.
En 1111, des moines cisterciens s'installent dans une abbaye romane toute neuve. Ils choisissent ce vallon verdoyant pour se couper de la société et vivre dans une très grande pauvreté.
Selon la règle de Saint Benoît, écrite au VIème siècle. Obéissance, silence, recueillement et humilité. Prière plusieurs fois par jour, ainsi qu'au milieu de la nuit.
Lorsque vous visiterez l'abbaye, vous reconnaîtrez ce premier monastère à l'austérité de sa chapelle basse.
Au début du XIIIème siècle, Aliénor d'Aquitaine aurait contribué à la construction du second monastère, beaucoup plus vaste que le premier.
La mode est alors au style gothique et à ses ornementations, comme vous le verrez dans la salle capitulaire.
L'une des plus vastes d'Europe !
L'abbaye atteint en peu de temps son apogée : ses possessions s'étendent sur plus de 100 km à la ronde. Des terres, mais aussi des marais salants qui l'enrichissent... et qui en feront une cible privilégiée des guerres de religion, et plus tard, de la Révolution française.
Mais pourquoi les monastères ont-ils été en partie enterrés ?
Les guerres de religion ont profondément abîmé l'abbaye. Tout le système de canalisation a été détruit. Pour éviter les inondations, les moines ont surélevé le site et enseveli toutes les salles basses.
Des merveilles auxquelles la famille Boutinet redonne vie, patiemment, au fil des découvertes.
Retour haut de page