Le Val d'Argent >

La frontière

Version mobile
English Deutsch

La frontière

À la Révolution Française, les 2 villages distincts Sainte-Marie-Alsace et Sainte-Marie-Lorraine se transforment en une seule commune : Sainte-Marie-aux-Mines !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La frontière.
Nous sommes sur la Place Keufer, dos au ruisseau de la Lièpvrette.
Savez vous qu'à son origine, le Val d'Argent s'est peuplé grâce à la construction de deux prieurés ? Mais écoutons le dernier des seigneurs d'Echery. Il retrace l'historique des lieux :
Le dernier seigneur d'Echery : En effet, le prieuré de Lièpvre, fondé au 8e siècle et le prieuré d'Echery bâti au 9e attirent des colons vosgiens qui défrichent les terres et remontent vers le fond de la vallée. Mais pendant les 13e et 14e siècles, ils se voient confisquer leurs biens par les Ducs de Lorraine et les Ribeaupierre. L'administration de ces nouveaux fiefs est confiée à un vassal commun : mon ancêtre, le seigneur d'Echery. Cette situation perdure jusqu'en 1381, année où je décède, hélas sans descendance mâle. Il a fallu 20 ans après ma mort, pour que le val d'Argent soit partagé entre le Duc de Lorraine et le seigneur de Ribeaupierre. La frontière de leurs seigneuries suit alors le tracé de 3 cours d'eau : le Liversel, la Lièpvrette sur laquelle vous êtes et la Goutte Saint Blaise. Tous les trois forment le Landbach, le ruisseau frontière !
Le rôle de la frontière est même réaffirmé au 16ème siècle, lorsque le duc de Lorraine fait entreprendre des fouilles sur les terres de son voisin, Ribeaupierre, et découvre un filon argentifère très productif. Lorsque les Ribeaupierre apprennent cette découverte, ils chassent les ouvriers lorrains et reprennent l'exploitation à leur compte. Tout le sous-sol du val d'Argent fait l'objet de fouilles et révèle très vite son incroyable richesse.
Tournons-nous vers le pont et le ruisseau de la Lièpvrette
? la Révolution Française, les 2 villages distincts Sainte-Marie-Alsace et Sainte-Marie-Lorraine se transforment en une seule commune : Sainte-Marie-aux-Mines ! Résultat, la ville comportait 2 rues principales et 2 bâtiments communaux. Vous pouvez encore admirer ces 2 anciennes mairies : l'une située sur le côté lorrain sur le site actuel de l'hôtel de Ville, la seconde placée sur le côté Alsace et devenue de nos jours la pharmacie de la Tour !
Cette dualité entre l'Alsace et la Lorraine s'exprime aussi dans les armoiries de la ville qui datent de 1892. Regardez la statue du mineur sur la place Keufer. Vous la voyez ?... Elle est encadrée par les armoiries des Ribeaupierre à gauche et des ducs de Lorraine à droite.
L'ancienne frontière a laissé quelques traces encore dans la ville. Par exemple, vous verrez peut-être une borne frontière encastrée dans le parapet du pont de la rue de la vieille Poste. Elle porte les armoiries récentes du duché de Lorraine : la fameuse croix à double branche ! Sa présence au milieu du pont prouve que le ruisseau qui coule sous la place a longtemps marqué la frontière entre Sainte-Marie-Alsace et Sainte-Marie-Lorraine. Et bien sûr, comme ce pont était le seul passage entre les deux communes, il a abrité un péage dès le 16e siècle...
Partons maintenant vers la pharmacie de la Tour qui nous éclaire sur la vie des mineurs au temps de la Renaissance !
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page